A la Une, Gambie, Politique

Gambie: deux présidents, un fauteuil… le 19 janvier ?

Election en GambieAlors qu’Adama Barrow poursuit les préparatifs de sa prestation de serment le 19 janvier prochain, la capitale Banjul se vide peu à peu. Les populations craignent le spectre de violences post-électorales eu égard de l’impasse politique que traverse le pays après le revirement le 8 décembre dernier de Yahya Jammeh.

A rappeler que la Cour suprême gambienne a renvoyé l’examen du recours du président sortant en mai de l’année en cours.

Même si la CEDEAO, l’Union africaine et l’Onu mettent la pression sur M Jammeh à céder le pouvoir le 19 janvier, date de fin de son mandat selon la constitution, certains observateurs de la scène politique gambienne doutent fort que la prestation de serment du président élu puisse se tenir à la date indiquée.

L’homme qui a régente la Gambie pendant 22 ans, demeure inébranlable face à la pression de l’extérieur, en dénonçant une « ingérence » dans les affaires internes de son pays.

La crise va-t-elle s’amplifier à partir du 19 janvier avec une situation de « deux présidents pour un fauteuil » ? Pour l’heure, plusieurs chefs d’Etat de la Cedeao ont décidé de rallier la Gambie pour assister  à la cérémonie d’investiture d’Adama Barrow.

Il est à signaler tout de même que lors d’une déclaration télévisée dans la nuit de mardi à mercredi, M Jammeh a annoncé la nomination d’un médiateur général et le vote d’une loi d’amnistie pour « décrisper la situation et trouver une issue pacifique » à la crise. Une déclaration à prendre avec des pincettes, selon certains leaders de l’opposition gambienne.

A lire aussi :

À propos Blaise AKAME

Journaliste à Africa Top Success

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *