A la Une, Projets, Togo

Togo: entretien exclusif avec un co-concepteur de l’appli « SOS System »

 

Agbéwonou Darwin YAWOVILe domaine de la santé et de la sécurité routière sont des secteurs prioritaires, faisant partie des objectifs du millénaire pour le développement. Pour relever ce défi, un groupe de jeunes togolais à mis au point une application dénommé « SOS System ».

« SOS System », l’application mobile de secourisme participatif et d’informations sur la santé, dérivée de la startup « Dashmake », a été conçue par quatre jeunes togolais. Fort de leur exploit, la rédaction d’Africa Top Success s’est intéressée au travail remarquable de ces jeunes, ayant conduit à la conception de cette application. Afin de saisir les contours, nous avons rencontré Agbéwonou Darwin Yawovi, 23 ans, co-promoteur et manager du projet « SOS System », par ailleurs web entrepreneur et juriste.

Africa Top Success (ATS): En quoi consiste l’application mobile SOS System ?

Agbéwonou Darwin Yawovi: Il s’agit d’un système d’applications constitué de deux interfaces : une, mobile (SOS Mobile) et une, superviseur (SOS SUPERVISEUR). SOS Mobile est destinée à tous les utilisateurs de Smartphones (pour l’instant au Togo). Elle permet à une victime ou à un témoin d’un sinistre (accidents de route, incendies, crises et maladies) de le signaler en deux clics aux secouristes. Elle permet également au témoin, d’envoyer des photos sur l’état de la victime et du lieu du sinistre au superviseur, et d’entamer une discussion par messages et images avec le superviseur. Elle comporte d’autres modules très pertinents comme la réception d’informations sur la santé et la sécurité (comment bien manger, comment faire un régime, des astuces de secourisme,…) et sur les campagnes de sensibilisation, de dépistage et autres campagnes liées à la santé et la sécurité. L’interface superviseur(SOS SUPERVISEUR) est conçue pour localiser sur une carte ainsi que de gérer les signaux émis par les utilisateurs de la plateforme mobile. Elle est dédiée aux secouristes.

ATS: Votre application relève purement du domaine de la santé et du secourisme, donc très utile. Comment vous est venu une idée aussi innovante, car dans le pays, la plupart des applications sont éducatives, parfois ludiques ou permettent de retrouver des lieux?

Agbéwonou Darwin Yawovi: Je vous remercie pour la question parce qu’elle me permet de raconter une petite anecdote. A l’ origine, l’idée n’était pas de créer une application dédiée au secourisme et à la santé. Un des associés fondateurs de la start-up était venu un matin au bureau très remonté du fait des embouteillages monstres en plein centre-ville. Il racontait aux autres membres de l’équipe que cette situation lui avait fait réfléchir sur l’idée d’une application qui pouvait indiquer à un conducteur avant son départ de la maison, la voie la plus courte pour arriver au lieu souhaité. L’idée a été discutée, et a été améliorée et c’est le résultat qui est devenu aujourd’hui SOS SYSTEM. En effet, nous avons tenu le pari de rendre l’application utile. Notre vœu c’est qu’elle soit vulgarisée et apporte une valeur ajoutée au système classique du numéro vert.

ATS: Combien de temps vous a-t-il fallu pour réaliser ce chef d’œuvre?

Agbéwonou Darwin Yawovi: Ce projet nous a pris environ dix mois. Pour la petite histoire, l’équipe travaillait au départ sur un autre projet lorsque celle de SOS SYSTEM a surgi. Nous avons donc temporairement laissé le projet et misé notre énergie sur SOS SYSTEM.

ATS: Quels sont vos perspectives ?

Agbéwonou Darwin Yawovi: Tout en assurant la insécurité surtout routière et la santé des populations, ce qui est aussi devenue une priorité pour tous les Etats, notre application vient à point nommé pour apporter sa pierre à l’atteinte de ces objectifs. Nous visons donc atteindre environ 550.000 utilisateurs de Smartphones dans le pays. A la faveur de la défiscalisation sur les importations des supports informatiques j’espère vraiment que le nombre d’utilisateurs de Smartphones augmente. Dans les prochains jours, nous allons entamer son internationalisation.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *