A la Une, Burkina Faso, Politique

Burkina Faso: l’administration de Rock Kaboré vivement critiquée

KAboreLe vent de l’insurrection va-t-il emporter le président burkinabé comme son prédécesseur Blaise Compaoré ? Après une année d’exercice du pouvoir, l’administration de Roch Marc Christian Kaboré, est remise en cause par l’opposition qui dénonce une gestion « chaotique » du pays.

Dans un mémorandum publié au cours d’une conférence de presse, Zéphirin Diabré, le leader de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) et chef de file de l’opposition, a soutenu que « M Kaboré éprouve des difficultés à incarner la fonction de chef de l’Etat ».

Même si l’on note des avancées comme la hausse du volume des importations, la mobilisation de 28 milliards d’euros pour financer un plan de développement élaboré sur quatre ans, ce leader de l’opposition estime que « l’état du pays et son évolution ne se mesurent pas uniquement avec des chiffres tirés d’analyses faites par des techniciens ».

« Il faut tenir compte également de l’avis des citoyens sur leur vécu. La reprise ne s’est pas encore traduite dans le panier de la ménagère. Sortez, demandez aux commerçants, aux travailleurs, ils vous diront que 2016 n’a rien apporté de significatif dans leur quotidien », soutient M Diabré.

Le président de l’UPC dénonce par ailleurs une corruption galopante, une administration d’affairistes et politisée où prospère le clientélisme.

« Nombre de ministres brillent par leur incompétence alors que le parti au pouvoir regorge de militants compétents ».

« Nous nous attendions à des avancées dans certains domaines. Hélas, ce n’est pas le cas. Nous assistons également à la résurgence de certaines pratiques du régime déchu comme la politisation de l’administration ou encore la lenteur de la justice », a-t-il ajouté.

Si rien n’est fait pour changer les choses, prévient l’opposition, « le Burkina Faso risque de faire face à une autre insurrection populaire identique à celle qui a renverser le régime du président Blaise Compaoré en octobre 2014 ».

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *