A la Une, Togo

Togo: des voix dissonantes au sein du personnel de LCF-City Fm

 

personnel-LCFAprès trois jours marches successifs dans les rues de la capitale togolaise, sur l’initiative d’un collectif des organisations de la société civile, le personnel du groupe Sud Média n’entend plus s’associer à ces manifestations qui devraient « aboutir » à la réouverture de deux médias privés dont la télé LCF et la radio City FM.

Dans une déclaration publiée vendredi 17 février 2017 au cours d’un point de presse tenue à Lomé, le personnel de LCF-City Fm a fait savoir qu’il préfère des discussions de couloir avec la HACC que la pression de la rue. D’autres manifestations étant prévues les 21, 22 et 23 février prochains.

Par ailleurs, le personnel du groupe Sud Média dit refuser toute « récupération politique » de leur situation, laquelle mobilise notamment depuis quelques jours, des organisations de la presse ainsi que certaines formations politiques de l’opposition, qui se sont associés aux manifestations de rue du collectif des OSC.

« Le personnel tient à réaffirmer qu’il n’est mêlé ni de près ni de loin à quelques actions violentes ou propos haineux commises ou prononcées contre quiconque », souligne la déclaration, lue par le porte-parole du personnel LCF-City Fm,  Samuel Gnahoui.

« Il demeure profondément attaché à la vertu du dialogue et de la médiation dans un climat de paix et de respect pour les institutions de la République », peut-on lire dans le document.

A noter que la décision de privilégier la voix du dialogue vient non seulement semer de la confusion au sein de l’opinion mais également, contraste avec la position des responsables du groupe de presse.

Dans une mise au point, publiée sur les réseaux sociaux, le  Directeur du groupe Luc Abaki a réaffirmé pour sa part que « plus que jamais mes employés sont déterminés à user de tous les moyens légaux pour retrouver leur boulot perdu à la suite de ce retrait arbitraire des fréquences ».

Lire l’intégralité de la mise au point du Directeur du groupe Sud Média

Je viens de finir une réunion avec mes employés pour comprendre de quoi il retourne concernant leur déclaration de ce matin. Il s avère que c est un malheureux malentendu. Dans leur entendement ils auraient souhaité avoir un nombre conséquent de manifestants dans les rues de Lomé vu le niveau de révolte et de désapprobation que les décisions du président de la Haac ont suscité au sein de l’opinion. Malheureusement, très peu de gens se sont résolus à l »action en dehors des dénonciations verbales. C’est donc par dépit que les employés ont eu cette tentation de douter des résultats des marches. Mais qu il soit clair pour chacun, que plus que jamais mes employés sont déterminés à user de tous les moyens légaux pour retrouver leur boulot perdu à la suite de ce retrait arbitraire des fréquences. C’est l’occasion pour moi, en ma qualité de premier responsable du groupe Sud Média de remercier très sincèrement toutes les bonnes volontés, toutes les forces vives de la nation, toutes les organisations de la société civile ainsi que les partis politiques pour leur engagement pour la cause du groupe Sud Média ! Ensemble nous gagnerons la lutte.

DG Groupe Sud média

Luc ABAKI

 

 

 

 

 

A lire aussi :

Photo du profil de Kamèla Blaiz

À propos Kamèla Blaiz

Journaliste à Africa Top Success

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *