A la Une, Affaires, Afrique de l’Ouest, Ghana, Kenya, Projets, Zambie

PRISE: solution à l’invasion des ravageurs dans l’agriculture en Afrique

1858350lpaw-1858376-article-jpg_290426560% de terres arables non exploitées dans le monde se trouvent en Afrique. Si ces terres venaient à être exploitées, le continent pourra nourrir 9 milliards de personnes d’ici 2050, soit l’équivalent de la population mondiale.

Cependant, la production agricole du continent reste affaiblie par la sécheresse, l’inondation et surtout l’invasion acridienne. Cette dernière est souvent à l’origine des 3/4 de pertes dans le secteur agricole.

Un nouveau projet visant à créer un système d’alerte des invasions de ravageurs vient d’être mis au point.

Dénommé Pest Risk Information Service (PRISE), le projet est évalué à plus de 5 milliards de Francs CFA. L’objectif est de réduire les pertes de récoltes dues aux invasions acridiennes.

« Les invasions de ravageurs deviennent de plus en plus imprévisibles, en raison des changements climatiques », a expliqué le responsable des solutions techniques de la banque de connaissances Plantwise de CABI, Timothy Holmes.

Les agriculteurs, précise-t-il, pourraient recevoir des prévisions à partir des systèmes phytosanitaires existants, en tirant parti des réseaux des programmes et projets actuels pour déclencher des mesures appropriées en matière d’alertes et de conseils.

Pour l’instant, les pays pilotes du projet sont le Ghana, le Kenya, la Zambie. Trois autres pays de l’Afrique subsaharienne s’ajouteront à la liste dans les jours à venir.

« Le Ghana, le Kenya et la Zambie ont déjà travaillé avec le programme Plantwise de CABI pour lutter contre les ravageurs et les pertes de récoltes. Le projet PRISE atteindra les citoyens par le biais des services mobiles, de la radio, du Web et des services de vulgarisation », a précisé Thomas Holmes.

selon le portail Sci Dev Net, le service sera développé et porté par la mise en place de capacités techniques dans les pays et de plans d’activités interconnectés qui engagent le secteur privé, par exemple les négociants de produits agricoles et les compagnies d’assurances.

A lire aussi :

Trackbacks / Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *