A la Une, Afrique Australe, Afrique Centrale, Afrique de l’Est, Afrique de l’Ouest, Maghreb, Océan indien, Projets

Afrique: le réseau EAGLE contre le traffic de la faune et de la flore

EAGLE1,3 tonnes d’ivoire saisi aux trafiquants ; une tonne saisie en Ouganda, 3 malfrats arrêtés dans une répression contre un syndicat criminel ouest-africain ; deux ressortissants guinéens et un libérien arrêtés ; 790 kg d’ivoire saisi dans l’aéroport de l’Ouganda en mars dernier en destination de Singapour et dissimulé dans des fûts de beurre de karité ; démantèlement d’une maison fortifiée utilisée pour cacher les stocks de contrebande…Tels sont les résultats d’un travail à fond mené par le Réseau Internationale EAGLE Enforment en partenariat avec les différents Gouvernements, et les ministères de la sécurité des différents Pays d’intervention.

Grace aux valeurs telles l’activisme, l’innovation, le courage, l’intégrité, l’efficacité, l’efficience, la transparence, la responsabilité etc, cette organisation arrive au bout de ce mal qui gangrène la faune et la flore en Afrique.

Les différents objectifs du développement durable concourent conjointement à la protection de la planète et à la promotion d’une vie meilleure. La protection de l’environnement, des aires protégées, des zones humides, des forets et des ressources, resteent un défi capital au Togo et en Afrique de l’ouest.

Les crimes impunis sur l’environnement; la disparition d’espèces sauvages de la faune au sein de la région centrale, l’abattage anarchique des arbres dans les airs protégées et les forêts classées, le trafic de peaux d’animaux, et surtout la corruption au niveau institutionnel, demeurent des enjeux primordiaux nécessitant des interventions pour la sauvegarde de l’environnement au Togo et l’édification d’institutions à charge avec comme principe la transparence.

IMG-20170227-WA0026

De longues enquêtes du réseau EAGLE et la collaboration entre pays ont révélé des organisations spécialisées dans le trafic à grande échelle de l’ivoire et des cornes de rhinocéros en Afrique de l’ouest et centrale à des fins de contrebande et ayants leurs activités reliées à une douzaine de pays et le plus important d’entre eux reste le Vietnam, le principal acteur du commerce illégal de corne de rhinocéros.

Les informations recueillies sont partagées avec d’autres gouvernements pour continuer la collaboration internationale contre plusieurs autres groupes de trafiquants dont la monnaie de liberté est longtemps restée sous la couverture négociant d’importants de pots-de-vin aux responsables de l’application de la loi.

« Nous avons utilisé des enquêtes de haut niveau et une collaboration internationale pour repérer ces criminels », a déclaré Vincent Opeyene, le leader de l’EAGLE-Ouganda et de NRCN.

Il va alors falloir pour l’Etat Togolais et aussi ceux de la sous-région, de travailler avec plus d’ardeur et de principes avec les organisations de la société civil afin d’impliquer les institutions concernées et les populations dans la poursuite de la lutte contre le trafic de bois, d’animaux et de ressources.

Les défis étant énormes, il faut plus d’implication, afin de faire savoir aux trafiquants qu’ils entrent dans une ère où ils ne sont plus en sécurité.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *