Afrique de l’Ouest, Bénin, Pays

Wakaliwood ou le cinéma d’action « made in Ouganda » et l’affaire de la restitution des biens culturels du Bénin

 

WakaliwoodOn connait tous Hollywood au Etats-Unis, Bollywood en Inde et Nollywood au Nigeria. Mais si je vous dis Wakaliwood, est ce que ça vous dit quelque chose ?

Et bien pour ceux qui ne connaissent pas Wakaliwood, il s’agit en fait d’une partie de l’industrie cinématographique en Ouganda, plus précisément à Wakaliga, un quartier de la capitale ougandaise.
Et Wakaliwood a une particularité, on n’y produit que des films d’action ! Avis aux amateurs d’explosion, bagarres, fusillades et autres poussées d’adrénaline.

C’est pas encore du niveau des superproductions hollywoodiennes. Mais qu‘à cela ne tienne la démarche est née d’une idée louable : permettre aux ougandais qui sont fans de films américains ou nigérians et bien de consommer du cinéma de chez eux.

Isaac Nabwana est l’un des réalisateurs phare et créateur de Wakaliwood. Les bandes annonces de ses films font le buzz sur internet et génèrent des millions de vues.

Le cinéma africain rencontre des difficultés notamment en matière de financement. Mais Isaac a décidé d‘être créatif malgré le manque d’argent. C’est grâce au financement participatif sur internet qu’il peut réaliser ses films.

Il a eu une idée qui va surement plaire à l’acteur ou l’actrice qui sommeille en vous: sachez que contre une modeste participation financière vous pouvez apparaître dans une production Wakaliwoodienne. Il suffit de vous filmer dans une scène d’action et magie de la technologie cette séquence est incorporée dans un film. Et vous voilà star d’un film d’action comme Jean-Claude Van Damme, Sylvester Stallone ou Arnold Schwarzennegger.

Avec peu de moyens mais beaucoup d’imagination on peut quand même réaliser ses rêves comme l’a fait notamment Isaac.

Sans transition on passe au second sujet qui est un peu moins léger mais tout aussi intéressant.
L’information est passée presque inaperçue cette semaine mais elle a son importance dans le domaine de la culture en Afrique.

Il y a quelques mois le Bénin, ancienne colonie française a demandé à la France de lui restituer des biens culturels (plus de 5000 objets) qui avaient été pillés lors de la colonisation.

Refus catégorique de la France il y a quelques jours. Pour Paris ces objets font désormais partie du patrimoine français.

Le cas du Bénin c’est un peu l’arbre qui cache la forêt. De nombreux pays en Afrique et à travers le monde ont vu leur biens pillés et volés lors de guerres ou de fouilles archéologiques.

Et ces biens se retrouvent souvent sur le marché de l’art ou dans des musées un peu partout dans le monde comme le musée du quai Branly à Paris qui abrite certaines des œuvres réclamées par le Bénin.

Les autorités béninoises ne baissent pas les bras pour autant. On va donc suivre l‘évolution de cette affaire. Parce que si l’issue est positive ça pourrait donner l’envie à d’autres pays africains de suivre l’exemple du Bénin.

Source: Africanews.com

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *