Maghreb, Maroc, Pays

Maroc: les amateurs de musique folklorique se réunissent au Festival des Nomades

nomade

Les festivaliers s’imprègnent de l’atmosphère de fête qui prévaut dans le sud-est du Maroc au Festival International des Nomades, avec certains prenant également prendre part au sport local, le hockey sur le sable.

C’est à M’hamid El Ghizlane, au Maroc que les amateurs de musique du monde entier se sont donné rendez-vous pour assister au Festival International des Nomades.

Le guitariste nigérien Goumour Almoctar, communément connu sous le nom de Bombino, a été l’une des plus fortes attraction du spectacle. L’artiste touarègue qui se targue de produire les sons des nomades touaregs du Niger, a connu un tel succès il y a plus de dix ans.

Grâce à la guitare, nous pouvons interagir, c’est quelque chose avec lequel j’ai grandi et j’aime dire la vérité. Les êtres humains ont peur de dire la vérité parce que ça fait mal. A déclaré Goumour Almoctar.

Autre attraction du festival, le groupe malien erakaft qui a diverti son public avec des chansons sur l’expérience de la solitude dans le désert.

Nous jouons de la musique moderne basée sur la tradition. Cela signifie qu’il y a des gens qui ne comprennent pas nos chansons, mais qui comprennent notre musique selon le groupe.

Cette année, la Pologne a été la pole position en tant qu’hôte d’honneur du festival. Grâce au travail de l’Association culturelle marocaine-polonaise, M’hamid El Ghizlane et la Pologne ont tissé des liens culturels étroits au cours des dernières années.

Trois groupes polonais ont été parrainés par l’Ambassade de Pologne dans la capitale, Rabat pour assister au festival.

Le Festival International des Nomades, qui a maintenant 14 ans, a pour but de préserver la musique, les coutumes et les traditions des différentes tribus nomades dispersées dans l’immense désert.

Nous avons les mêmes rituels, les mêmes coutumes, les mêmes traditions et la même nature, mais dans des couleurs et des langues différentes. Notre objectif est d’utiliser M’hamid El Ghizlane comme un pont entre l’Afrique du Nord et le Sahel, à l’ouest du Sahara, a déclaré Noureddine Bougrab, le Directeur du Festival.

Après la musique, les partisans ont participé à un sport local dans la région connue sous le nom de ‘‘mok’hach’‘ ou de hockey sur sable. Deux équipes portant des robes bleues et blanches, s’affrontent, sur des lignes de champ indéfinies. C’est à l’arbitre connu comme le cheikh, de décider quand le ballon, fait de laine de chameau est hors du jeu.

Source: Africanews.com

A lire aussi :

Photo du profil de La Rédaction

À propos La Rédaction

Aucune information n'est fournie par l'auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *