Afrique Centrale, Cameroun, Pays

Cameroun: Reniss « de la Sauce » à l’hommage musical

RenissDes surprises, Reniss sait nous en faire, et l’on doit reconnaître qu’à cette allure, difficile de savoir sur quel pied danser. Cette native de MANKON (dans la région du Nord-Ouest du pays), qui aura longtemps flirter avec le gospel nous avait habitué depuis 2012 à des sonorités soft mettant sa délicate voix en valeur et montrant une jeune dame pleine de vertu et de rêve.

Des titres comme FIRE, HOLY WATA ou encore APPLE, présageaient du moins sur une telle orientation artistique. Cependant, la tendance actuelle étant sans pitié et puisant sur du sensationnel, après ses multiples collaborations avec son mentor Jovi Lemonstre (elle était donc en pleine formation), notre Reniss a pris un autre virage.

Des beats endiablés garnis de paroles pimentées dans une SAUCE musicale que finalement tout le monde goutera, mais à la saveur mitigée. Cependant, dans un élan de coup double, elle a voulu nous servir du PILON, ais le mortier était fragile.

Fallait dinc se ressaisir en arborant un DASHIKI et mettre fin à la nudité, cédant alors place au real love avec le magnifique titre MANAMÜH qui est actuellement en rotation sur les chaines tant locales qu’à l’international.

Mais ce qui nous conforte le plus dans cette nouvelle orientation artistique c’est ce désir de « bien » faire et ce souci de postérité.

Reniss aurait-elle compris l’enjeu de marquer les esprits en s’inscrivant sur le long terme? C’est en tout cas ce que constatent certains, à l’écoute de son nouveau projet qui rend hommage aux plus belles voix d’Afrique.

La jeune chanteuse a repris des chansons comme « Pata Pata », « Sodade » ou encore « Okaman » Dans son nouvel EP. Des classiques de la musique africaine, sans oublier « Zelie » de la diva togolaise des années 60.

L’interprète de La SAUCE (chanson la plus populaire), est ainsi rentrée dans la peau de Bebe Manga, sur son tube « Mota Benama », mais aussi « Okaman » de l’ivoirienne Monique Séka, « Pata Pata » de Miriam Makeba, repris avec justesse, rend un vibrant hommage à la sud-africaine Myriam Makeba.

Tout en saluant son talent, force est de reconnaître que le plus gros défi pour la jeune artiste a sans doute été de se fondre dans la morna de « Sodade », célèbre chanson de la cap-verdienne Cesaria Evora.

Reniss raconte alors à sa manière, sans fioritures ni trémolo, l’intense mélancolie décrite par cette balade chantée en créole cap-verdien.

Cet EP sorti le 08 mars dernier vous est de ce fait fortement recommandé, au vu des prouesses vocales qu’il recèle, mais également des sensibilités et ambitions affichées par la star.

Source:www.cameroonweb.com

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *