Affaires, Afrique Centrale

Le mobile money est-il devenu un casse-tête pour les banques centrales ?

Mobile moneyLa Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) menace de sévir sur le mobile money. Le gouverneur de la BEAC, Abbas Mahamat Tolli, lors d’une conférence de presse le 22 mars dernier à Yaoundé a indiqué que la Banque centrale reconnaît les transferts qui se font dans la zone CEMAC.

« Mais logiquement, ce sont les banques qui doivent se charger des transferts en dehors de cette zone. Vous avez des opérateurs de téléphonie mobile qui, sans avoir l’autorisation, ou les contraintes auxquelles sont soumises les banques, font exactement l’activité des banques. Il faut mieux assurer ça », a dénoncé Abbas Tolli.

Pour le gouverneur, la BEAC compte sévir dans ce domaine pour éviter des risques de blanchiment et d’évasion fiscale ou même le financement du terrorisme.

Les propos du responsable de la BEAC interviennent quelques jours après la décision de la BCEAO (Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest) d’interdire les transferts de fonds entre les pays de l’Union monétaire ouest-africaine (UEMOA) et la France via Orange Money (le service de transfert d’argent et de paiement mobile du groupe français Orange). L’interdiction vise à mettre fin aux opérations de transfert international d’argent qui sont hors du champ des activités qu’elles ont été autorisées à effectuer.

Source: centrafiqueactu.com

 

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *