Affaires, Afrique de l’Ouest, Ghana, Pays

Le cedi s’est déprécié de 5% en mars selon le rapport de la Bank of Ghana

cediLes derniers chiffres de la Bank of Ghana ont montré que l’amortissement du cedi par rapport au dollar au mois de mars 2017 est cinq fois plus élevé que le taux d’amortissement enregistré à la même période en 2016. Le cedi s’est déprécié de 0,9 à 5 pourcent au cours de la période des douze derniers mois.

De plus, en mars 2017, la monnaie locale s’est dépréciée de 7,5% et de 8% par rapport au livre sterling et à l’euro.

Selon le résumé des données économiques et financières de la Bank of Ghana, le cedi a accumulé 59 pesewas entre mars 2016 et mars 2017. Un dollar est négocié à 4 cedis 42 pesewas au 23 mars 2017, comparé à 3 cedis 83 pesewas en Mars 2016. De plus, l’amortissement du cedi par rapport à l’euro a presque doublé, passant de 4,5 à 8% entre mars 2016 et mars 2017.

Même si la performance du cedi par rapport au livre sterling n’a pratiquement pas changé de prix au 23 mars 2017, la monnaie locale a connu une dépréciation de 7,5 pourcent après avoir connu une valorisation de 1,8 pourcent en mars 2016. Il convient de noter qu’outre l’euro, l’amortissement du cedi a connu une baisse marginale entre février et mars de cette année.

La forte dépréciation de la monnaie locale entre janvier et février de cette année s’est produite malgré la vente de 120 millions de dollars de la Bank of Ghana pour le premier trimestre de cette année.
Bien que la vente aux enchères doive se terminer avant vendredi, certains analystes de devises disent qu’ils viennent de commencer à céder face aux résultats escomptés.

Le directeur général du Trésor de la banque HFC, Joseph Nketsia, a déclaré au micro de nos confrères de Citi Business News que la forte dépréciation aurait pu être évitée si la banque centrale avait augmenté ses approvisionnements à l’époque.

« La vente aux enchères du dollar a vraiment connue un succès de deux semaines. Au début, la demande de devises étrangères a été très élevée, la vente aux enchères de 40 millions de dollars par la bank du Ghana n’a pas suffi à absorber la demande sur le marché et c’est ce qui a provoqué la dépréciation du cedi », selon ses propos.

Malgré l’impact de la vente aux enchères de 120 millions de dollars de la Bank of Ghana, un chercheur principal à l’Institut d’études fiscales, le Dr Saïd Boakye n’approuve pas cette décision. Il met en doute sa viabilité et avertit que la banque centrale risque d’épuiser sa réserve de change avec le temps.

Source:infosdaccra.com

A lire aussi :

Photo du profil de La Rédaction

À propos La Rédaction

Aucune information n'est fournie par l'auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *