Afrique de l’Ouest, Burkina Faso, Pays

Burkina Faso: une ville nouvelle portera le nom de la Princesse Yennenga

 

PrincesseOn connaissait l’étalon d’or de Yennenga, 1er prix du FESPACO, le plus grand festival panafricain du cinéma. On pourra bientôt vivre, travailler, étudier, sortir et visiter la ville nouvelle de Yennenga. Elle sera construite à 15 km au sud de Ouagadougou. Un groupement de 5 cabinets d’architectes, 1 Burkinabè et 4 Français, vient de remporter le concours international pour la construction d’une partie de la ville nouvelle.

C’est un projet qui bénéficie d’un partenariat public-privé, avec CGE Immobilier comme maître d’ouvrage. Le promoteur a pensé une ville de 700 hectares, pour accueillir 80 000 personnes. Le groupement d’architectes qui vient de gagner le concours international interviendra sur le cœur de ville : une centaine d’hectares, qui symbolise, vue d’en haut, l’œil de Yenenga, la princesse guerrière. « La ville nouvelle de Yennenga, c’est plutôt un patchwork d’idées sur la ville de demain et surtout la ville africaine de demain. Il y a des éléments que nous pouvons mettre aujourd’hui en valeur, liés à la ville durable, des aspects de la culture locale, des aspects du climat », selon Widson Monteiro, de l’agence Architecture-Studio.

Une ville écologique

En insistant sur ce que peut être la ville durable en Afrique, le maître d’ouvrage du projet de la ville nouvelle de Yennenga table sur une réussite écologique, qui servira d’exemple sur le continent. « On est dans une conception d’innovation pragmatique, en établissant des besoins d’architecture beaucoup plus autonome en dépenses énergétiques par des innovations réalistes », indique Thomas Coldefy, gérant du cabinet Coldefy & Associés Architectes Urbanistes. Il donne l’exemple de « l’emploi de l’énergie solaire, avec le travail sur le vent pour rafraîchir l’ensemble des constructions, pour apporter des flux et des courants d’air naturels dans les espaces publics. Aujourd’hui nous sommes dans les propositions de ce qu’on appelle l’architecture passive, avec le maximum de récupération de ressources. Il nous reste à pousser plus loin le développement de toutes ces idées. »

Optimiser l’alimentation en eau

Dans une région où les pluies sont rares, l’eau de la rosée devrait être récupérée grâce à des pièges disséminés dans la ville.

Le groupement d’architectes n’a pas encore évalué le montant de ses honoraires. « Nous nous sommes regroupés, l’ensemble des agences, pour identifier les missions que nous demande le maître d’ouvrage et pouvoir fabriquer le montant d’honoraires que l’on va proposer à CGE Immobilier », précise Marc Franco, Directeur d’agence du cabinet Coldefy & Associés.

Le promoteur a déjà concédé une bonne partie des parcelles d’habitations autour du cœur de ville : « le projet sur lequel nous avons travaillé, c’était sur le cœur de ville et le grand boulevard : les endroits où il y aura le plus d’équipements administratifs, d’hôtels, de bâtiments commerciaux, de bâtiments tertiaires, ce type de projets », indique Fabien Ouedraogo, de l’Agence burkinabè Arcade.

Les travaux de terrassement du site de la nouvelle ville de Yenenga ont déjà commencé. Mais la date du début de la construction du cœur de ville n’a pas encore été fixée.

Source:www.rfi.fr

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *