A la Une, Afrique de l’Ouest, Gambie, Pays

Gambie: derniers préparatifs à trois jours des législatives

gambieDernière répétition pour les responsables des bureaux de vote de Gambie. Dans trois jours, le jeudi 6 avril, ils seront embauchés par l’IEC (Independant Electoral Commission) pour assurer le bon déroulement des élections législatives, les premières de l’ère post-Jammeh. Ce dimanche, un entraînement était organisé dans tout le pays pour rappeler les règles de bon déroulement des élections.

Les salles de classes de l’école de Latrikunda ont été réquisitionnées pour l’occasion. Sur les bancs, les futurs assesseurs sont très attentifs à la lecture des règles du bon déroulement de l’élection. Leur formateur, Demba Sallah, leur rappelle régulièrement que ce qui est en jeu est crucial : « Il y a tellement d’enjeux alors nous avons organisé cet entraînement pour qu’ils aient les idées bien claires à propos du processus électoral et des règles. Tout le monde doit savoir ce qu’il a à faire, et doit l’appliquer très exactement ».

Après la matinée théorique, place à la pratique. Et ici, on ne vote pas avec des bulletins, mais avec un système de billes, comme lors de la précédente présidentielle. Derniers conseils du formateur lors de l’installation des bidons qui recevront les votes : « Je vous ai dit qu’il fallait bien montrer au public qu’il n’y a rien à l’intérieur des bidons avant qu’ils soient scellés ! ».

Simulation avec de faux électeurs

Puis vient l’exercice de simulation, avec de faux électeurs. Momodou Jobe, suit toutes les étapes, prêt à les reproduire dans quelques jours : « J’avais envie de participer à cet événement national. Je sais que maintenant j’ai les connaissances techniques pour le faire, donc je n’ai pas peur d’y aller ».

Ahmadou Taal, responsable de la région de Kanifeng, a encore en tête les dernières élections présidentielles, et la contestation du résultat par l’ancien président Yahya Jammeh. Alors il sait que la Commission n’a pas droit à l’erreur : « Les élections, ça peut faire ou défaire un pays. C’est pourquoi on doit être très prudents. On dit souvent qu’il n’y a pas de deuxième chance lors d’une élection, donc on ne veut pas que les responsables des bureaux se montrent complaisants. A la fin de la journée, on aura le bon résultat ».

Plus de 1 420 bureaux de vote seront ouverts jeudi pour accueillir les électeurs de 8 heures à 17 heures, heure de Banjul.

Source:www.rfi.fr

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *