A la Une, Algérie, Maghreb, Pays

Algérie: prise en charge d’enfants autistes

enfant autiste

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, a annoncé dimanche à Alger le lancement de 17 services de pédopsychiatrie en 2017 pour améliorer le suivi et la prise en charge des enfants autistes à travers le pays.

Dans son allocution à l’ouverture d’une journée d’études sur l’autisme à l’occasion de la Journée mondiale de sensibilisation à cette maladie, célébrée le 2 avril, M. Boudiaf a affirmé que 17 services de pédopsychiatrie seront opérationnels en 2017, ajoutant que certains de ces services ayant cumulé de longues années d’expérience peuvent d’ores et déjà être érigés en Centres de référence et bénéficieront du renforcement nécessaire.

« Le cadre du jumelage qui a montré clairement son efficacité dans d’autres domaines peut être mis à profit avec les centres de référence, et il y’a lieu d’associer et d’accompagner le mouvement associatif qui mène des actions appréciables et méritoires dans ce domaine en matière d’information et de sensibilisation », a ajouté le ministre.

Concernant le programme national de prise en charge de l’autisme lancé en 2016, le ministre a indiqué que les échanges avec les étrangers avaient permis de tracer les grandes lignes de ce programme sectoriel, après la mise en place officielle du Comité national intersectoriel de l’autisme (CNIA), chargé du suivi et d’application de ce programme.Ledit programme porte essentiellement sur le suivi de la prévalence actuelle de l’autisme, l’appui de la formation et l’élaboration d’études prospectives, selon le ministre qui a annoncé le lancement d’une étude pilote sur la maladie dans les wilayas, d’Alger, Blida, Oran et Constantine.

1702 enfants autistes sont actuellement pris en charge par le ministère de la Solidarité nationale, de la famille et de la condition de la femme et 2352 autres par le ministère de l’Education nationale, a rappelé le Pr Mohamed Chekali, chargé de la santé psychiatrique au ministère de la Santé.

Un suivi psychologique est assuré à 4000 enfants, dont 20 % sont âgés de moins de 3 ans et 730 cas d’autisme ont été enregistrés pour cette tranche d’âge en début 2017.

M. Chekali a salué les activités menées par le mouvement associatif (partie active dans le programme national) en dépit du manque de moyens et du nombre de malades, se félicitant de la prise en charge, de l’encadrement, de la formation et de l’accompagnement de ces associations dans le cadre dudit programme.

Le chef de service de pédopsychiatrie à l’Etablissement hospitalier spécialisé (EHS) de psychiatrie de Chéraga, Madjid Tabti, a plaidé pour la formation de spécialistes pour améliorer la prise en charge, soulignant l’importance du diagnostic précoce chez l’enfant souffrant de ces troubles souvent manifestés par un isolement, des problèmes auditifs et d’articulation.

Le Dr Hamou Baya, médecin à l’unité de diagnostic précoce en milieu scolaire dans la wilaya de Tizi Ouzou, a mis en avant la souffrance des familles dans leur quête de centres spécialisés pour autistes, affirmant que « les associations et les familles ne peuvent assurer à elles seules la prise en charge de cette frange de la société ».

Elle a plaidé, par ailleurs, pour « la conjugaison des efforts de tous, notamment le secteur de la santé, à travers l’intensification du diagnostic précoce ».

Source:fr.allafrica.com

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *