A la Une, Bénin

Patrice Talon: « Il n’y aura pas de révision parce que le Parlement me le refuse »

TalonAu Bénin, un an après son élection, le président Patrice Talon vient d’essuyer un revers politique. Il voulait mettre en place un mandat unique, mais mardi dernier, son projet de révision constitutionnelle a été rejeté par le Parlement. Patrice Talon va-t-il tout de même quitter le pouvoir en 2021, comme il l’avait promis lors de la campagne de l’an dernier ? En ligne de Cotonou, le chef de l’Etat béninois répond aux questions de Christophe Boisbouvier.

RFI : Est-ce que vous êtes surpris par le rejet de votre projet de révision constitutionnelle ?

Patrice Talon : Certes, je suis un peu surpris. Mais les évènements de ces derniers temps auxquels RFI a largement contribué, je ne veux parler de l’intoxication, justifient bien ce qui s’est passé. Mais j’ai pris acte de cela, en bon démocrate.

Dans votre projet, il y avait la mise en place d’un mandat unique. C’était votre promesse de campagne. Mais aussi l’interdiction de toute garde à vue ou détention pour le chef de l’Etat ou les ministres en fonction. Certains y ont vu une prime à l’impunité…

Vous parlez justement de quelque chose qui a arrêté mon attention dans ce que RFI a pu diffuser depuis une dizaine de jours au sujet de ce projet de révision. En effet, RFI a affirmé, sans précaution, que mon projet de révision prévoyait, comme vous venez de le dire, l’instauration d’une immunité politique et judiciaire au profit des membres du gouvernement, pendant leurs fonctions et après leurs fonctions.

Ce dont m’accuse RFI depuis bientôt une semaine, c’est…LIRE LA SUITE

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *