A la Une, Afrique de l’Ouest, Côte d’Ivoire, Pays

Sénégal: « Confiance Factory », une innovation technologique majeure

artonLa plateforme de production et de gestion des certificats électroniques dénommée « Confiance Factory », est une « innovation technologie majeure », a indiqué l’administrateur général de Gaindé2000, Ibrahima Nour Eddine Diagne.

« Dans le cadre de l’exploitation de ses plateformes de dématérialisation, Gaindé2000 a mis en place en 2015 une nouvelle Business Unit dénommée +Confiance Factory+. Il s’agit d’une plateforme de production et de gestion des certificats électroniques », a-t-il expliqué.

Dans un entretien avec le site d’information « Le Journal de l’économie sénégalaise » (lejecos), M. Diagne a indiqué que cette plateforme a été créée en vue d’assurer la sécurité des échanges et documents électroniques, a expliqué M. Diagne.

« Il s’agit d’une innovation technologique majeure dans un contexte marqué par une forte pénétration de l’Internet, la mondialisation de l’économie, la dématérialisation des flux et des documents, et la cybercriminalité », a fait valoir l’ADG de Gaindé2000.

Selon lui, les certificats « Confiance Factory » sont utilisés à ce jour par près de 2000 clients principalement au Sénégal pour garantir l’authenticité et l’intégrité des documents ou des messages électroniques. »Avec +Confiance Factory+, a-t-il souligné, une usine de production de certificats électroniques, est pour la première fois disponible et opérationnelle en Afrique de l’Ouest et du Centre, avec un service aux standards internationaux et une disponibilité de nos experts en sécurité pour garantir la réussite des projets de dématérialisation ».

« Une gamme de solutions d’authentification, de signature électronique, de chiffrement et d’archivage électronique à valeur probante sont mises à disposition des entreprises et des administrations pour garantir des transactions fiables et sécurisées », a-t-il encore vanté.

L’administrateur général de Gaindé2000 a ajouté que de belles perspectives de développement sont en cours de négociation dans la sous-région, se disant ouvert aux partenariats pour accélérer l’utilisation de ce type de technologies.

Source:fr.allafrica.com

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *