A la Une, Affaires, Afrique de l’Ouest, Côte d’Ivoire, Pays

Côte d’Ivoire: le « e-impôt » disponible

E-impote-impôt est le nouveau portail officiel de télédéclaration et de télépaiement des impôts sur internet mis en place par la Direction générale des impôts de Côte d’Ivoire.

A partir de ce portail, les contribuables ivoiriens peuvent réaliser toutes leurs formalités fiscales.

Il s’applique pour l’heure aux responsables d’entreprises ayant un chiffre d’affaires annuel de 200 millions de FCFA.

Après deux mois d’expérimentation, le lancement officiel du projet e-impôt a eu lieu ce jour à la Primature en présence du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

Le chef du Gouvernement a déclaré que le projet va réorganiser l’administration fiscale ivoirienne.

Tout en saluant ce saut vers la digitalisation, Amadou Gon Coulibaly a rappelé que l’un des défis du Gouvernement est d’œuvrer à une émergence de l’administration publique.

«La modernisation de l’administration est un important défi à relever par le Gouvernement, » a-t-il insisté, tout en invitant la Direction des impôts à consolider les acquis.

Le premier ministre a insisté sur la poursuite des reformes qui permettront selon lui, d’améliorer la productivité des entreprises.

Le ministre du Budget et du portefeuille de l’Etat, Abdourahmane Cissé a pour sa part expliqué que la déclaration et le paiement des impôts en ligne sont partis de l’ambition du Gouvernement de moderniser et de simplifier le système déclaratif en Côte d’Ivoire.

Ce projet mettra fin selon lui, aux nombreuses procédures effectuées par le contribuable pour déclarer et payer ses impôts.

«Désormais, le portail e-impôt constitue une alternative qui met progressivement fin à cette situation. Cette innovation s’inscrit également dans la vision des plus hautes autorités de moderniser l’administration publique et d’œuvrer à améliorer le climat des affaires, » a précisé Cissé.

La conduite de ce projet a été possible grâce à une synergie cohérente d’actions planifiées entre le Cabinet du Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat et la Direction générale des impôts.

C’est pourquoi le ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat a salué la Direction générale des Impôts qui a eu le mérite d’élever au rang de priorité le projet e-impôt et de prendre les dispositions idoines pour une appropriation interne.

Il a annoncé que, le projet e-impôt va connaître dès cette année 2017, une nouvelle phase avec pour objectif de généraliser à l’ensemble des contribuables la déclaration et le paiement des impôts en ligne.

Le ministre a également indiqué qu’il sera également déployé de nouvelles fonctionnalités qui vont permettre à certains contribuables, notamment ceux assujettis à l’impôt foncier, de payer leur impôt par le biais du téléphone cellulaire.

«En définitive, le portail e-impôts a pour ambition d’être une véritable vitrine de l’efficacité́ et de la qualité́ des services rendus aux contribuables-client, » a-t-il ajouté.

Le ministre Cissé a rassuré les représentants des organisations professionnelles du secteur privé que cet outil a été conçu pour eux, afin de faciliter les opérations de leurs entreprises avec les services fiscaux.

Il les a enfin exhorté a adhérer massivement au projet pour un partenariat gagnant-gagnant avec l’Administration.
La phase pilote qui a duré deux mois s’est faite avec succès comme indiqué par le Conseiller technique du ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat.

Selon lui, le portail a enregistré 1110 adhérents, 11404 connexions ont réussi sur une présence de 618 contribuables.

Plus de 35 milliards de FCFA ont été recouvrés sur 678 prélèvements et 1191 virements opérés pour plus de 25 milliards de FCFA.

Il a enfin déclaré qu’à partir de juillet 2017, le projet sera généralisé à toutes les entreprises qui réalisent un chiffre d’affaires de plus de 50 millions de FCFA.

Source:koaci.com

A lire aussi :

Photo du profil de La Rédaction

À propos La Rédaction

Aucune information n'est fournie par l'auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *