A la Une, Afrique de l’Ouest, Cap-vert, Pays

Cap-Vert: les rythmes traditionnels à l’honneur cette semaine à Praia

cap vertLa ville accueille cette semaine la 5e édition de l’Atlantic Music Expo. Plus de 500 professionnels de l’industrie musicale se sont donnés rendez-vous sur l‘île pour offrir quelques notes savoureuses aux mélomanes, mais aussi pour faire des affaires comme l’explique José Da Silva, producteur exécutif de l’exposition.

« L’objectif d’un salon, du marché, c’est déjà le business, c’est déjà que les gens fassent du business musical, culturel, que les artistes performent et que les acheteurs que nous invitons s’intéressent à ces artistes et les fassent tourner, les amènent dans leur pays ou aussi que… – on fait aussi venir des labels – que ces labels s’intéressent aux artistes et qu’il y ait des contrats de signés.”

A son ouverture, lundi soir, le chef de l‘État cap-verdien Jorge Carlos Fonseca et son homologue portugais Marcelo Rebelo de Sousa étaient dans l’assistance de même que de nombreux investisseurs du secteur. Une aubaine pour Palela Badjogo, une chanteuse gabonaise. « Alors on espère rencontrer beaucoup de tourneurs, parce que les tourneurs, c’est eux qui vont nous permettre de montrer notre musique un peu partout dans le monde. Donc on espère que faire ce showcase devant toutes ces personnes va faire en sorte que notre musique puisse les intéresser et qu’on puisse faire des plus grands spectacles ailleurs ».

On espère que faire ce showcase va faire en sorte qu’on puisse faire des plus grands spectacles ailleurs…

Le festival a non seulement permis au public de replonger dans les rythmes traditionnels cap-verdiens, mais aussi d’assister à des prestations plus éclectiques. « Y’a des showcases, y’a des producteurs, y’a des tourneurs, des artistes et donc moi en tant que président de festival qui se tient annuellement, c’est très important d‘être dans des plateformes comme ça parce que ça nous permet de rencontrer et les artistes et les producteurs, de discuter, voir, de faire notre marché un peu et puis voir un peu les connexions qu’on peut construire entre nous », s’enthousiasme Abdoulaye Diallo, le président du festival Jazz à Ouaga.

Source:fr.africanews.com

A lire aussi :

Photo du profil de La Rédaction

À propos La Rédaction

Aucune information n'est fournie par l'auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *