A la Une, Afrique de l’Ouest, Gambie, Pays

Fatoumatta Jallow-Tambajang, femme africaine de l’année

 

Fatoumatta Jallow-TambajangLa vice-présidente de la Gambie, Mme Fatoumatta Jallow-Tambajang a été désignée Femme de l’Année par le New African Woman Magazine. Son trophée a été remis lors d’une soirée de gala tenue ce mercredi 12 avril à Dakar, dans le cadre de la deuxième édition du Forum New African Woman. Onze trophées spéciaux ont également été remis à de valeureuses femmes leaders africaines.

Mme Fatoumatta Jallow-Tambajang a été désignée Femme Africaine de l’Année par le jury de la deuxième édition des Trophées et du New African Woman Forum. Son trophée a été remis à Mme Fatou Diagne Senghor, Directrice régionale de l’association Article 19. C’était au cours d’une soirée de gala organisée dans la soirée du mercredi 12 avril dans un hôtel de Dakar, dans le cadre de la deuxième édition du Forum New African Woman. Une soirée pendant laquelle, l’utile a été associé à l’agréable pour célébrer la femme africaine.Pour ce prestigieux trophée, la vice-présidente de la Gambie était en compétition avec Mes Chimamanda Ngozie Adichie du Nigéria, Fadumo Dayib de la Somalie, Madjiguene Sock du Sénégal, Thuli Madonsela d’Afrique du Sud et Amina J. Mohammed du Nigéria.

La patronne d’Article 19 qualifie Mme Tambanjang de femme visionnaire qui a beaucoup contribué à la nouvelle Gambie. Selon elle, la vice-présidente symbolise l’unité dont son pays avait autant besoin pendant toutes ces années. « Elle a fédéré les filles et fils de la Gambie, de l’intérieur du pays comme de l’extérieur, pendant des moments très difficiles de l’histoire ». A son avis, c’est cette belle union qui a donné naissance à une coalition qui a facilité le changement pacifique et porté le Président Barrow, candidat de l’unité, à la tête du pays, après l’élection de 2016.

Fatou Diagne Senghor estime que ceci a ouvert une nouvelle ère, une ère d’espoir pour toute la jeunesse. Pour elle, Mme Tambajang a su prôner le dialogue intergénérationnel. « Elle était très réceptive à tous les jeunes qu’elle a pu rallier pour la construction d’un idéal, restaurer la démocratie en Gambie ».

La Femme Africaine de l’Année se veut moderne car elle a beaucoup utilisé les réseaux sociaux pour mobiliser et sensibiliser la jeunesse et la population lors de la dernière campagne présidentielle.

Ainsi, après Londres, le Forum New African Woman s’établie à Dakar. La seconde édition dont les panels se sont ouverts ce jeudi 13 avril, réunit plus de 200 personnalités des mondes des affaires, académiques, de  la société civile et des secteurs public et privé. Mme Leila Ben Hassen de New African Woman Awards souligne que cette année, l’accent est mis sur la question de l’égalité des sexes et, en particulier, sur la réalisation des objectifs d’égalité de l’Agenda 2063. « Mais je ne peux m’empêcher de me poser la question : devons-nous attendre 2063 pour répondre à ces besoins ? », s’est-elle demandée. A son avis,  avec l’aide des progrès technologiques et des politiques favorables aux femmes, nous sommes en mesure d’atteindre ces objectifs plus tôt.Cette deuxième édition traduit la volonté des Groupes IC Publications qui publie des magazines depuis cinquante ans sur l’Afrique et ses partenaires comme AllAfrica Global Media, leader dans son domaine, de participer au développement communautaire notamment de celui des filles et femmes africaines. Les initiateurs du forum estiment que la capitalisation de l’énergie et la créativité des Africains est la clé du développement du continent qui affiche une croissance rapide  et accueille six des économies  les  plus dynamiques  du  monde.

A son avis, l’Afrique ne peut se développer si les femmes ne participent pas à égalité avec les hommes. « Les femmes sont des moteurs de changement. Aider les femmes peut mener à une meilleure santé et de meilleurs niveaux de revenus dans les ménages et dans la population ».

Mme Leila Ben Hassen croit en l’Afrique et dans la capacité des femmes africaines à faire une différence. « Avec nos Trophées, nous rendons hommage aux femmes qui conduisent ce changement et servent de modèles à la prochaine génération », précise-t-elle.

Autres catégories d’awards

–        Business : Salwa Idriss Akhannouch (Maroc) ;

–        Politique : Amina J. Mouhamed (Nigéria) ;-        Education : Tsitsi Masiyiwa (Zimbabwe) ;

–        Sciences, Technologies et Innovations : Dr Helena Ndume (Namibie) ;

–        Finances et Banques : Binta Touré Ndoye (Mali) ;

–        Agriculture : Tumusiime Rhoda (Ouganda) ;

–        Média : Amira Yahyaoui (Tunisie) ;

–        Sport : Fatma Samoura (Sénégal) ;

–        Art et Culture : Joan Okorodudu (Nigéria) ;

–        Société Civile : Chef Théresa Kachindamoto ;

–        On The Rise : Vivian Onano (Kenya)

Source:fr.allafrica.com

A lire aussi :

Trackbacks / Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *