A la Une, Pays, Politique

Se politiser pour agir en Afrique: le défi et le devoir de notre génération

paysage afr

L’Afrique continent de l’avenir, l’Afrique qui se réveille… Il est, vous le savez, de bon ton d’être afroptimiste.

Et les scènes pullulent, dans les salles de conférence des grands hôtels de nos capitales ou sur les réseaux sociaux, où chacun se congratule et se félicite de cette Afrique émergente. Où on l’observe, on le dit, on le commente…

Et l’on se régale de débats thématiques… Quelle place donner à la religion dans une perspective de modernité et d’émancipation intellectuelle ? Quel système d’enseignement et de formation professionnelle mettre en place dans des pays où la Mission française et l’École américaine font de l’ombre à l’école publique, ou à ce qu’il en reste ? Comment capitaliser sur l’esprit entrepreneurial des Africains pour sortir de la perfusion des ONG, et des bailleurs de fonds, développer une classe moyenne et mieux répartir les richesses ? Comment préserver l’environnement dans des pays où les ressources sont accaparées par des intérêts privés et où ce sujet n’est pas la priorité ? Comment améliorer les conditions de vie des 72% de jeunes Africains qui vivent avec 2$ par jour ?

Bref, nous sommes, nous la nouvelle génération africaine, en quête de sens et désireux d’apporter des solutions à tous ces défis.

Mais quelles réponses concrètes apportons-nous à ces questions dans nos pays après en avoir débattu ? Il ne suffit pas de débattre pour faire avancer les choses : il faut agir. Et pour cela, redéfinir en amont l’engagement et in fine, réinventer l’action politique.

Mais le parti politique dans sa forme traditionnelle ne semble plus porter cette possibilité. Ce véhicule est devenu totalement désuet et le premier parti des jeunes c’est sans doute l’abstention. Ces jeunes Africains, qui se détournent des élites politiques, car celles-ci sont en déconnexion totale avec eux. Par ailleurs, il faut repenser la manière dont on forme les élites, car elles ne laissent pas de place à ceux qui ne sont pas issus de leur système reproductif, devenu obsolète, mais qui veulent avoir de l’impact sur la société.

Pourtant, ma génération sait s’engager : c’est celle d’entrepreneurs, de militants associatifs qui ont envie de faire bouger les lignes. On monte des start’up, on monte des projets, on prend la parole… mais ce n’est pas suffisant ! Ma conviction, c’est que l’étape d’après doit être l’action politique. Et je le vois, je le sens, à chaque fois où je parle à des jeunes à Abidjan, Dakar, Ouagadougou, Bamako … Casablanca.

Nous brillons sur les réseaux sociaux et dans les forums, comme si le commentaire faisait office d’action

Longtemps nous nous sommes cachés derrière l’héritage de la mauvaise gouvernance, derrière le terrorisme et tous « les maux de l’Afrique » pour éviter de répondre concrètement aux défis de nos sociétés africaines. Et aujourd’hui, au moment où nous sentons bien que nos modèles de sociétés, hérités du colonialisme et de régimes souvent contestables, ont atteint leurs limites, nous brillons sur les réseaux sociaux et dans les forums, comme si le commentaire faisait office d’action. Après tout, ne dit-on pas que l’Africain aime la discussion, qu’il aime l’art du palabre ? Sauf que ces « palabres » relèvent finalement du politique. Mais qu’est-ce que le politique sans l’action ? Aujourd’hui, il est l’heure pour notre génération de….LIRE LA SUITE

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *