A la Une, Afrique de l’Ouest, Pays, Togo

Togo: Lomé fêtera le livre en novembre

livre en fete

La capitale togolaise accueille en novembre 2017, une rencontre internationale de la littérature. Il s’agira de la première édition de la foire internationale du livre de Lomé (FIL2L). Les amoureux de la littérature au Togo entendent par cet événement offrir un cadre d’échange et de promotion aux acteurs du livre mais aussi promouvoir la littérature dans son ensemble comme instrument de culture générale. C’est d’ailleurs le thème de la FIL2L dont nous parle ici Steve Bodjona, diplomate et écrivain qui organise cet événement avec le sceau du club ‘’le littéraire’’ qu’il préside.
Monsieur Steve Bodjona, Bonjour ! Vous êtes diplomate mais aussi homme littéraire, vous organisez du 10 au 13 novembre 2017 à Lomé, la première édition de la Foire internationale du livre de Lomé. Expliquez-nous le concept de l’événement !

La foire internationale du livre de Lomé, c’est comme toutes les autres foire du livre que nous connaissons un peu partout dans le monde, tantôt appelée foire internationale du livre, tantôt salon internationale du livre. Il s’agit d’organiser comme toutes les autres foires que nous connaissons ici à Lomé; d’organiser un cadre dans lequel se retrouvent tous les acteurs et tous les observateurs  de la chose littéraire au Togo pour ensemble sympathiser, discuter et renforcer leurs partenariats et en même temps faire découvrir  pour ce qui est des auteurs et les maisons d’édition, les livres et autres qui sont produits sur le territoire togolais et à l’international. Bien sûr pour ce premier événement, nous essayons de le circonscrire au plan national afin de mieux se préparer à l’ouverture sur l’international donc c’est d’offrir un cadre de partenariat, d’échanges d’expérience autour du livre.

C’est une foire comme les autres sauf qu’à Lomé, si les manifestations foraines n’ont pas d’allures festives, elles ne drainent pas des foules. Comment allez-vous intéresser le public ?

C’est vrai le constat, d’ailleurs l’organisation de cet événement part de ce constat que la culture du livre n’est pas la chose la mieux partagée au Togo.  Mais de plus en plus lorsque nous sillonnons le territoire et que nous allons vers  les écoles, nous sentons qu’il y a de l’intérêt pour le livre, pour la chose littéraire chez les élèves. Donc dans un premier temps, c’est de mettre l’accent sur la communication, essentielle pour tout événement et susciter l’intérêt des élèves et des établissements. Nous avions voulu l’organiser en août mais on s’est dit que août ce sont les vacances, ce n’est pas évident. L’organiser en novembre, ce sera déjà la rentrée et passer par les établissements afin de mieux mobiliser les élèves pour que ces élèves soient là. Vous l’avez dit, à côté en général quand nous parlons de foire c’est le volet festif surtout, oui nous allons fêter mais nous allons fêter littérature, autour du livre, il y aura de l’ambiance , beaucoup d’événements, il y aura des spectacles, des concerts mais le tout sera concentré sur le volet littéraire.

Vous l’avez fleuré, mais quel sera le contenu de cet événement ? Qui seront les exposants et quels profils vous attendez

Il y aura des expositions, des conférences littéraires, des ateliers d’écritures, des quizz pour permettre aux gens de gagner des prix, j’ai parlé de spectacles. Les profils, ce sont ceux qui tournent autour du livre. Les librairies pourront exposer (ce n’est pas dit que ce sont seulement les livres du Togo qui seront exposés, elles peuvent exposer des livres de l’étrangers), les éditeurs, les maisons d’édition naturellement sont concernées, les auteurs eux-mêmes peuvent individuellement ou s’organiser en groupe pour venir exposer.

Pour cette première phase, nous réfléchissons à la possibilité d’inviter tout au plus un pays. C’est quand même une foire internationale mais l’idée est d’utiliser cette première édition pour faire un test afin de s’assurer que nous pouvons remplir toutes les responsabilités tout autour de cette foire afin de l’ouvrir à l’international

Quand vont s’ouvrir les inscriptions, et quelles sont les conditions pour être exposant ?

Pour participer en tant qu’exposant, il suffit d’être un acteur du livre, une maison d’édition, une librairie ou carrément un auteur qui désire exposer. Les conditions, il y a un formulaire d’inscription qui est disponible sur le site de l’événement qui est téléchargeable ; ils pourront aussi nous envoyer des mails. Il y aura des correspondances vers les acteurs connus et toute autre personne ayant un intérêt pour l’événement pourrait nous saisir. C’est ouvert à tout le monde.

Il n’existe pas vraiment de cadres de rencontre des acteurs du livre, de la littérature au Togo. Au-delà d’une foire, quelle réflexion portez-vous sur cette réalité, que faut-il faire pour donner l’amour de la littérature aux gens, quant on sait que la littérature, c’est aussi une porte pour une culture générale ?

C’est d’ailleurs ce qui justifie le thème de notre foire : « le livre comme instrument  de culture général ». Parce que à travers le livre on apprend beaucoup, on s’épanouie donc on se cultive. Comme vous l’avez dit, il n’y a pas vraiment de cadre pour permettre aux acteurs de se retrouver. Mais évidemment cela ne doit pas se limiter à cette foire, il y a beaucoup d’autres initiatives qui doivent être prises. Notre club littéraire par exemple organise les rencontres littéraires pour justement permettre à tous les passionnés de se retrouver, de discuter, de débattre autour du livre pas seulement togolais mais d’auteurs étrangers. Nous pensons inclure dans ces activités d’autres événements. Nous nous disons donc que, quoi qu’il en soit, les acteurs du livre doivent se retrouver ensemble pour  fédérer leur effort afin de faire évoluer la chose littéraire sur le territoire national.

Parlons du label qui porte cet événement, le club ‘’le littéraire’’. Quand est-ce que ce club est né et combien de membres regroupez-vous en votre sein actuellement ?

Le club ‘’le littéraire’’ a commencé ses activités sur le territoire national depuis 2014, surtout à travers l’équipement en ouvrage de bibliothèque scolaire, l’assistance dans certains milieux démunis en fourniture scolaire à l’occasion de certaines rentrées scolaires. C’est maintenant que nous allons au fond de la chose littéraire, déjà avec les rencontres littéraires que nous lançons à partir du mois de juillet, et cette foire qui va venir à partir du mois de novembre. A coté, nous avons les causeries littéraires que nous organisons dans les établissements individuellement pour les auteurs membres du club. Il faut dire que le club regroupe en majorité de jeunes écrivains qui ont décidé de fédérer leurs efforts pour faire avancer la chose littéraire.
Votre coup de gueule pour la littérature togolaise !

C’est surtout au Togo le sentiment de ne pas être suffisamment lu.  Pour moi ou pour l’écrivain en général, quand on écrit c’est dans l’espoir d’être lu. Malheureusement la culture du livre n’est pas la chose la mieux partagée au Togo. Nous espérons que les efforts que nous sommes entrain de mener vont porter leurs fruits et au-delà, le tout se joue sur les programmes scolaires. Nous avons l’impression que la jeune génération est laissée pour compte ; les programmes scolaires ne prennent en compte que les classiques et autres et la jeune génération a  du mal à gagner ce terrain sauf les efforts que les jeunes auteurs font eux-mêmes en allant sur le terrain se faire connaître dans les établissements.

Source: full-news.info

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *