A la Une, Ghana, Nigéria

Des dirigeants africains « tués » par la rumeur, leur entourage réagit

Présidents africainsCe week-end a été ponctué de rumeurs à l’encontre de certains dirigeants africains poussant leurs proches à faire une mise au point.

Eduardo dos Santos, Muhammadu Buhari et Jerry John Rawlings ont tous été donnés pour morts ce week-end par différents sites. Au Nigeria, c’est le site Metro UK qui a livré l’information erronée selon laquelle le président Muhammadu Buhari était décédé depuis Londres où il suit actuellement un traitement médical.

L’information a eu un tel succès sur les réseaux sociaux que la présidence nigériane a dû pondre un communiqué pour la démentir. Dans un tweet, Garba Shehu, le porte-parole du chef de l‘État nigérian a déconseillé aux internautes de prendre à la lettre les informations circulant sur les plateformes sociales. “Si vous avez reçu cette information sur WhatsApp ou Facebook, ignorez-la. Il est clair qu’elle a été publiée dans le but de créer la panique”.

Il faut dire que la santé du dirigeant nigérian a suscité ces derniers mois beaucoup de controverse au Nigeria. Son long séjour à Londres au mois de février a fait dire à certaines personnes que le président cachait à la population une maladie chronique.

Dans un autre pays, en Angola, c’est le chef de l‘État Eduardo dos Santos qui a été victime d’une fake news. Lui aussi a été “tué” par la rumeur. L’information a également été largement relayée sur les réseaux sociaux. Un canal qu’a aussi choisi sa fille Isabel dos Santos pour la démentir vigoureusement. “Les gens insistent à divulguer de fausses informations sur une éventuelle mort du président angolais”, a-t-elle écrit.

Ancien président du Ghana, John Jerry Rawlings n’a pas échappé aux rumeurs du week-end et le contenu est resté le même. Lui aussi donné pour mort. Dans un communiqué, son équipe de communication a mis en garde toutes les personnes qui publieraient des informations erronées à son sujet.

Ce n’est pas la première fois que des personnalités africaines sont citées dans ce genre de rumeur sur certains sites internet ou sur les réseaux sociaux. Le président zimbabwéen Robert Mugabe, lui, ne s’en émeut même plus tant il en a été la cible.

Pourtant, ces sites qui se font fait coutumier de ces Fake News continuent leurs activités sans être inquiétés.

Source: Africanews

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *