Affaires, Maroc, Nigéria, Projets

Développement: quand l’Afrique fait les choses en grand

m6-bouhariL’Afrique a des besoins croissants en alimentation. Le développement du continent en dépendra de plus en plus. La solution pour nourrir une population croissante et de plus en plus urbanisée, consiste à exploiter plus de terres de manière intensive, ce qui nécessite des engrais performants et respectueux de l’environnement. L’Afrique ne veut pas faire les choses à moitié.

Le continent a aussi besoin d’énergie pour soutenir ses projets de développement et améliorer les conditions de vie des citoyens. Les solutions se succèdent et chaque jour des projets nouveaux voient le jour. Toutefois, le dernier en date qui rassemble le Nigéria et le Maroc sort du lot. Il s’agit de la construction d’un gazoduc qui acheminera le gaz nigérian au Maroc.

Un trajet de plus de 5000 Km2. La décision a été prise il y a quelques mois déjà, mais aujourd’hui, le Maroc et le Nigéria ont procédé à la signature de l’accord correspondant. Il a été conclu entre l’Office national des hydrocarbures et des mines (Maroc) et la compagnie pétrolière nationale nigériane.

Pour le ministre nigérian des Affaires étrangères, Geoffrey Onyeama, la conclusion  de ces accords, après seulement quelques mois de la visite du roi Mohammed VI du Maroc au Nigéria est une « preuve de la réussite du partenariat entre Rabat et Abuja, une réussite à attribuer à la volonté des dirigeants des deux pays à assurer l’implémentation des projets bilatéraux ».

Il s’agit du projet africain le plus ambitieux dont les retombées bénéficieront à tous les pays de l’Afrique de l’Ouest. « Conçu par les Africains pour les Africains, ce projet est l’illustration parfaite de la diplomatie de la parole et de l’action, et une nouvelle concrétisation de la vision du roi du Maroc d’une Afrique maitresse de son destin, confiante en son avenir », a souligné Nasser Bourita, le ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération.

Concrètement, le pipeline Nigéria-Maroc aura un impact positif direct sur plus de 300 millions d’habitants, a précisé le ministre. Son intérêt immédiat consiste dans le fait qu’il va permettre l’accélération de l’électrification dans toute la région de l’Afrique de l’Ouest, et ainsi poser les jalons d’un marché régional compétitif de l’électricité. Il sera une bouffée d’oxygène pour l’Europe qui y voit le moyen de diversifier ses sources d’énergie.

Lire la suite sur mediapart.fr

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *