A la Une, Afrique de l’Ouest, Libéria, Pays, Politique

George Weah: « Je suis le choix des Libériens »

georgreCela fait déjà 12 ans que l’ancienne gloire du football George Weah fait de la politique dans son pays, le Liberia. Alors qu’il s’apprête à participer à sa troisième présidentielle, « Mister George » nous a rendu visite. Interview.

Sa fine barbe est devenue poivre et sel mais l’allure est toujours aussi altière. Icône de tout un continent, l’ancien footballeur, seul Africain à avoir gagné un Ballon d’or, s’apprête à jouer le match de sa vie. George Weah est candidat à l’élection présidentielle de son pays, le Liberia, qui se tiendra en octobre prochain. À 50 ans, « Mister George » se dit certain de pouvoir gagner la partie. De passage à Paris, il s’est rendu dans la rédaction de Jeune Afrique.

Jeune Afrique : En 2005, déjà, vous étiez candidat à la présidentielle, en 2011, vous avez brigué la vice-présidence mais à chaque fois sans y parvenir. Pourquoi pensez-vous pouvoir gagner en octobre prochain ?

George Weah : En 2005, la commission électorale n’était pas libre et transparente. En 2011, c’était pareil. Ils ont d’abord dit que l’opposition avait gagné puis ils ont changé de position et ont dit qu’on avait perdu. Il y avait un problème. Mais nous n’avons pas contesté. Nous ne voulions pas la guerre, on a tout fait pour garder la paix. Aujourd’hui, tout ce qu’on espère c’est que l’élection d’octobre prochain sera transparente.

Selon vous, si l’élection avait été plus transparente, vous auriez gagné ?

Oui, j’aurais gagné. En fait, on a gagné dès le premier tour. L’élection nous a été volée. Mais maintenant on sait comment ça se passe et on va mettre des mécanismes en place pour que l’élection soit libre et transparente. Notre parti a déjà vécu deux élections, à l’époque nous étions jeunes, aujourd’hui nous avons beaucoup appris. Nous avons grandi et je crois que beaucoup de gens sont venus vers nous car ils ont compris qu’on pouvait faire beaucoup de chose. Même dans l’opposition on n’a pas baissé les bras, on a construit un projet pour les gens. On a aussi gagné l’élection sénatoriale. Maintenant, on sait comment aller à une élection et l’emporter.

Vous êtes donc confiant pour l’élection présidentielle d’octobre prochain ?

J’ai toujours confiance. Ce n’est pas complaisant mais j’ai toujours eu confiance en moi. Je crois en Dieu et je crois que tout est possible. Je suis le choix des Libériens, je sais qu’ils vont me choisir. S’il n’y avait pas eu d’irrégularités, je serais déjà leur président. Les gens veulent du changement et de l’espoir, et cela va arriver.

Joseph Boakai est peut-être le vice-président mais moi je suis le chef
Au Liberia, certains vous ont reproché votre manque de crédibilité face à Ellen Johnson Sirleaf et maintenant face à son vice-président, Joseph Boakai, qui sera votre principal adversaire en octobre prochain.

Mon principal adversaire ?! Comment peut-il être dangereux alors que les Libériens veulent le changement. D’abord, qu’est-ce qu’il a fait ? Quel est son bilan ? Il n’a rien fait. Il va peut-être finir troisième ou quatrième parce que les Libériens veulent le changement.

Reste qu’au Liberia certains continuent à vous reprocher votre manque de crédibilité…

Au Liberia, qui a plus de crédibilité que moi ? L’image du Liberia à l’étranger, c’est mon visage. Quand on parle du…..LIRE LA SUITE

A lire aussi :

Photo du profil de La Rédaction

À propos La Rédaction

Aucune information n'est fournie par l'auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *