Concours IFA, Projets

Ils n’avaient pas chanté l’hymne de la haine mais ils avaient marché sur Kigali

une

Janvier 2016, le 4ème championnat d’Afrique de nations prononcé son lancement, les stars africaines du ballon rond évolua sur le continent respirent une douce aire du pays de milles collines, le Rwanda. L’Afrique entier vibre au rythme des matchs, des buts marqués et la découverte de nouveau talent.

Cependant, face à des points d’interrogation instrumentalisée par les politiques Rwandais et Congolais, la mainmise de l’un ou de l’autre était irréversible, l’histoire vraie, la vérité du contentieux de ce conflit continuel resté aux oreilles de ces deux peuples une complexe énigme à déchiffrer jusqu’à ce fabuleux mois de janvier, annonçant le début de la fête du football africain. Le Rwanda et son voisin  la RDC était tous qualifiés pour la compétition, pour les supporters de l’Est de la RD Congo précisément de deux grandes villes Goma et Bukavu, aller à cet événement était un peu comme aller à la Mecque pour un musulman.

De fou du foot depuis l’enfance pour la majorité et novice pour d’autres, en tête ils avaient qu’un projet vivre ce CHAN 2016 en live loin des télés et au-delà des enjeux politiques entre leurs 2 pays, se plonger au cœur du pouvoir de l’émotion, de la stimulation au changement mental, loin du regard préjugé, respirer le vivre ensemble qu’offre le football.

Jamais dans l’histoire du CHAN ni de la CAN, les léopards n’ont jamais soulevé et motiver autant des supporters que ceux qui se sont invités et envahit le Rwanda, l’événement avait agité toutes les couches de la population congolaise et s’annoncer comme un véritable aventure décisif, un épisode de gloire et d’espoir. La certitude manifeste submergé déjà les cœurs, les supporters Congolais  s’attendait au triomphe.

4 janvier 2016, l’enceinte aux 7000 places du stade Rubavu est archicomble, tout Goma dans Gisenyi pour assister au Match amical entre 2 voisins en mal politique, l’un des matches des préparations le plus regardé du CHAN fini par la victoire rwandaise par 1 but à 0. L’humiliation du géant RD Congo par le petit Rwanda poursuit son cours de chemin, Plus de 4 milles supporters RD congolais retourne à Goma à sanglot, doute et critique, loin du champ de bataille, sur le stade de football le grief minuscule pays, la petite abeille dévore l’éléphant mère, la petite fourmi mange la grande. D’un coup la RD Congo était humilié aux yeux du monde sur tout le plan. Oui, la nation la plus honteuse de l’histoire, était la RD Congo, le géant aux pieds d’argile cri les supporters.

17 janvier 2016, premier match de phase de poule pour les léopards, première victoire, l’espoir se rallume sur les visages des supporters, les gradins du stade  municipale de Butare était confisqués par la marre congolaise, 2 sortie, 2 victoires. La RD Congo retrouve le 1 quart de final, hasard  du destin, les 2 pays frères voisins avec un voisinage marque par des querelles, une course en grande vitesse d’inter-accusation sous un ton rhétorique : vraie question, fausse réponse, vrai problème, fausse solution se retrouve encore sur la même autoroute.

Le 30 janvier 2016 devient une date mythique, chacun y pronostique et d’autres y prophétise pour les uns c’est le match du siècle, le mime du combat des nations CHAN Rwanda 2016, aussi les maisons de pari foot s’invites dans le jeu. Il était 15 heures locale, tous les yeux était braqué sur Kigali, Les rues était vidées de leurs occupants. Bon nombre de citoyens était devant la télé. L’émotion s’était installé, les actions s’amplifiés même les chants d’oiseaux avait cessé…tout le monde était au cœur de la rencontre, Ils s’interrogent du résultat final : trappe de gauche, touchant la barre transversale, de la droite jusqu’au fond du filet pour la RD Congo, l’opportunité prouvée une nouvelle histoire, elle rapporte le match par 2 buts contre 1. Goma et partout ailleurs les rues s’inonde de foules en liesses, la force de l’optimisme RD Congolais pousse les uns a campé à Kigali attendre la finale avant le verdict de la demi-finale, la nation de Lumumba rayonne durant les trois semaines de la compétition, ces victoires en victoires redonné l’amour de la patrie.

3 février 2016, dans les gradins  et devant les postes téléviseurs, les supporters de léopards semblés appréhender le coup de sifflet final, la guinée égalise et heureusement la RD Congo l’apporte aux tirs au but (5-4). En marge de cette qualification à la finale, un grand festival s’improvise dans la ville de Goma ; tous tournent au tour de la date du 7 Février, jour de la grande finale. L’enjeu était de taille aussi vraie que la performance d’une compétition sportive se mesure aussi par rapport à l’impact économique qu’elle produit.

Samedi 6 janvier 2016, d’un côté le Rwandaise vêtu d’une plus belle robe nos seulement pour accueillir cet événement mais un quotidien. Gisenyi la ville voisine de Goma s’agite, les premiers supporters font leurs footing et boivent la bière à gogo en attendant le prochain bus pour Kigali, la Gard de Gisenyi était plein de monde, les billets se vendait comme de petit pain, les informations provenant de Kigali signalées la pénurie  des hôtels, tous  était encombrés.

De l’autre, le grand Congo, la ville de Goma à la petite comme à la grande barrière de fils indiens qui tient à tout prix trouvé un laissé passer et  l’ambiance avait  efface tous les travers politique. Des centaines des bus et véhicules privés débarquent sur Kigali, la capitale Rwandaise, il était  difficile de circuler sans apercevoir les couleurs du drapeau national RD Congolais. Des bruits et des cris en l’honneur des Léopards résonnés dans tous les quartiers de Kigali, les vendeurs ambulants abondait les rues de la capitale avec des drapelets, des vuvuzela, vareuses, écharpes, chapeaux, autocollants, colliers, bracelets et d’autres concepts enluminés aux couleurs nationales était admirés honorablement.

A Quelques heures du coup d’envoi de cette finale, le stade national AMAHORO était plein en craqué, beaucoup de supporters était obligé de rester dehors, et envahirent les débits de boissons et autres terrasses, la  musique et la bière au rendez-vous, la bonne humeur, la façon d’être et de vivre pour les congolais, la fête dans toute les circonstances, le tube Selfi de Koffi Olomide  se chantonnés comme à Goma ou à Kinshasa.

Au coup de sifflet final, la RDC l’apporte par 3 buts à 0 contre le mali, Bleu, jaune et rouge, couleurs du drapeau RD Congolais recouvre encore les rues, des bus, véhicules privés, drapeau accroché aux portières ou à l’arrière, roulent sur les artères, des foules de supporters Congolais marches  sur Kigali sous les regards hallucinants de la population Rwandaise faisant la cours aux supporters Congolais comme de paparazzis.

Les deux peuples étaient très contents de cette victoire malgré les fréquents orages sur le ciel diplomatique Rwando-congolais.

« Le CHAN nous oblige à vivre et célébré la victoire ensemble »,

« Le CHAN 2016 me rattache davantage au Rwanda même si  je ne suis pas Rwandais»,

« Le CHAN vient de se terminer et avec le soutien des Rwandais, je comprends que les deux peuples peut vivre en harmonie », propos  des supporters congolais s’exclamant avec jubilation.

 

MBUMBA LAPAQUE ( RDC )

Cet article est en lice pour la première édition du Concours « Ils Font l’Afrique IFA ». Laissez un commentaire pour voter pour cet article.

A lire aussi :

Photo du profil de La Rédaction

À propos La Rédaction

Aucune information n'est fournie par l'auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *