Concours IFA, Projets

Togo: La tontine, une pratique qui aide à réaliser son rêve (Reportage)

cavie.org

Source : cavie.org

De plus en plus de Togolais font recourent à la tontine pour faire face non seulement aux difficultés, mais aussi réaliser leur rêve. La pratique se généralise.

La situation économique de la majorité des Togolais, sans exception, devient de plus en plus difficile. Qu’est-ce qu’il faut faire pour faire face au quotidien ou parvenir à une projection future ? C’est la préoccupation de beaucoup de Togolais, qu’ils soient dans l’administration publique ou dans le privé.

Comme solutions à ces différentes interrogations, tous recourent à une pratique : la Tontine. Bien que la pratique ne date pas de nos jours, elle a embrasé  presque toutes les couches sociales. De nombreux togolais ayant déjà fait l’expérience, disent joindre les deux bouts à travers ce système.

C’est quoi la Tontine ? C’est un système qui réunit trois, quatre voir plusieurs personnes dans un groupe, dont la finalité est de cotiser de l’argent. Ces derniers se concertent pour d’abord décider de l’initiative.

Une fois le consensus trouvé, ils se mettent d’accord sur les règles devant régir le groupe et décide du montant à cotiser chaque fin du mois.

Par un jeu de tirage, celui qui devait prendre la première cotisation, est tirée par hasard. Ainsi de suite jusqu’au dernier.

Il y a divers sortes de tontine. Il y a des tontines qui se ramassent par an. Dans ce cas précis, il y a un groupe de personnes qui se mettent d’accord pour cotiser chaque fin du mois.

L’avantage ici, c’est que ceux qui veulent bénéficier de ce fonds en dehors des membres, peuvent faire une demande. Seulement, le montant perçu est payé avec intérêts. Et à la fin de chaque année, les membres se réunissent pour partager leur argent et les intérêts qui se sont ajoutés.

Plusieurs raisons amènent les gens à faire la tontine. Elle aide à faire le jonglage pour la survie du foyer; à faire face à un problème d’un des membres de sa famille, bref régler son  quotidien.

Pour Komlan, mécanicien à quatre roues, membre d’une tontine, c’est un « moyen qui sauve en cas d’urgence ». Les bienfaits de la Tontine n’est plus à démontrer. Reine, secrétaire dans une société privée de la place, nous vante les mérites de la Tontine.

Reine qui travaillait dans une société dont nous taisons le nom, n’est jamais parvenue à s’acheter un lopin de terre. Mais, poussée par une de ses copines membre d’une grande tontine à Adakpamé, une banlieue Est de Lomé, elle est aujourd’hui dans sa propre maison construite sur un demi-lot.

«Je vous avoue que quand ma copine me poussait, j’avais hésité. Mais j’ai fini par dire Oui. Dans notre Tontine, nous cotions chaque fin du mois 50.000Fcfa», éclaire-t-elle.

Hier, la tontine était la chasse gardée des femmes. Mais de nos jours, les hommes sont plus qu’emballés.

«Grâce à la tontine organisée avec mes collègues du travail, j’ai pu acheter une moto qui me permet de faire aisément mes courses, je suis ainsi indépendante de mes mouvements», reconnait Clémence, une jeune dame qui se dit très satisfaite de cette organisation.

Au lieu que la banque prenne des intérêts énormes sur notre modique salaire, c’est mieux de cotiser entre les connaissances et faire un bon planning pour que chacun puisse en bénéficier le moment prévu de la tontine, a expliqué Clémence.

Ces derniers temps, hommes et femmes pour réaliser certains de leurs projets, se regroupent pour se mettre d’accord sur la pratique de la tontine. A la question à un cadre d’une banque de la place, l’explication fournie se veut convaincante.

Selon SAMIE, employé à la banque Atlantique, «même s’il y a les aspects d’entraide évoqués, les gens se donnent à cette pratique à cause de la spontanéité et la disponibilité de l’argent à l’issu de la cotisation ».

«Aussi, c’est que ceci les contraint à une épargne vu qu’habituellement, il est difficile voire impossible aux gens de prendre la décision d’épargner», fait-il savoir.

Ces explications sont loin de convaincre Magnim, une commerçante. « Je me suis toujours abstenue de faire des prêts à la Banque. Même les 30 000 FCFA que le FNFI prête aux femmes me donne la trouille. Je me demande si je suis prête. Est-ce que je pourrai rembourser ? Et si j’avais une faillite? », analyse-t-elle.

« Je me sens plutôt à l’aise entre amies du quartier où chacune cotise sa part et la personne dont le tour arrive prend son argent », dit-elle précisant qu’il s’agit d’une question de confiance mutuelle. Nul ne peut déroger à la règle.

Cohésion

Le système de Tontine entre les membres non seulement, il permet de gagner un peu d’argent, mais aussi elle renforce la solidarité entre les différents membres et surtout la cohésion sociale.

«Ce groupe que nous constituons devient une même famille dynamique et soudée car, si l’une d’entre nous a un cas social (ndlr : moment de joie ou de malheur), nous sommes prêts à l’assister matériellement et financièrement», affirme Agnès, un membre d’un groupe Alodo (entraide, en français).

« Cela nous permet d’éviter les tracasseries de la banque pour contracter un crédit et évite d’être sous pression de la part d’une institution bancaire ou de micro finance par exemple », confie Claude, un fonctionnaire avoisinant la trentaine révolue.

Selon Claude, la pratique de la Tontine mérite d’être repenser de façon professionnelle en créant par exemple certaines garanties pour éviter le mauvais jeu de certaines brebis galeuses.

Avec cette petite économie solidaire, nous arrivons à réaliser des grands projets. Certains fonctionnaires affirment qu’ils forment un groupe de 10 personnes ou chacun donne 100 000 Fcfa à la fin du mois. Ainsi en un an chacun est sur d’avoir plus d’un million de Fcfa.

Cela permettra d’acheter des paquets de ciment, ou encore des graviers, ne serait-ce que pour achever ou commencer un chantier. C’est ça aussi l’une des réalités qui montre la solidarité africaine.

Yao Linus Atisso( Togo)

Cet article est en lice pour la première édition du Concours « Ils Font l’Afrique IFA ». Laissez un commentaire pour voter pour cet article.

A lire aussi :

Photo du profil de La Rédaction

À propos La Rédaction

Aucune information n'est fournie par l'auteur.

13 Comments

  1. L’article dépeint avec aisance la vie des femmes togolaises pénalisées par les exigences des systèmes bancaires et qui ont su développer une solution de financement pour pauvres. Je salue la pertinence de ce reportage. Félicitation

  2. wesley

    Cet article dit tout une très bonne initiative que moi j’ai expérimenté et qui aide plein de foyer à s’en sortir

  3. BASILE DUHO

    La tontine un moyen d’acquérir des fonds pour réaliser ses ambitions, vu que les banques nous ont lâché! belle initiative

  4. Olivier

    Bienfaisance

  5. tiegna

    Belle plume, beau papier d’initiative comme on aimerais voir le plus souvent dans les journalistes et plateformes du continent, la valorisation des initiatives de développement endogènes.

  6. yvesdollar

    La tontine, le saveur de la population togolaise. Les banques cont souffrir plus la population. Je jete une fleur à l’auteur de cet article.

  7. Adama Combey

    Une excellente contribution.

  8. Lawson

    Article bien fouillé. Chapeau à l’auteur

  9. AMETEK

    félicitation! une belle initiative. Je vous soutien à fond!

  10. Constant MADJI

    Interressant. Sujet bien choisi pour demontrer que la reussite est possible meme en situation difficile. Ici des gens se mettent ensemble, se donnent les moyens de surmonter leurs obstacles financiers individuels. Ensemble ils sont forts, ils reussissent
    leurs projets lun apres lautre.

  11. Don Vicky

    Sujet d’actualité. Analyse pertinente, objective et sans complaisance. Idées bien agencées. Félicitation.

  12. Fabrice

    Un très bon article. Cool.

  13. Crépin

    Je suis séduit par cet article. Ceci repose le problème que l’on sait tous. Celui de la difficulté de l’accès aux banques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *