Maghreb, Maroc, Pays

Découverte des restes d’un dinosaure au Maroc

CREATOR: gd-jpeg v1.0 (using IJG JPEG v62), quality = 82

C’est dans une mine de phosphate d’Ouled Abdoun, dans le nord du Maroc, qu’a été découvert le fossile d’un des derniers dinosaures vivant en Afrique.

Le mystère qui entoure cette créature a été percé après une étude de sa mâchoire dans ce laboratoire du Milner Center For Evolution de l’Université de Bath au Royaume-Uni. Une étude qui révèle l’existence d’une faune distincte de dinosaures en Afrique avant leur extinction. « Il vient d’une période vraiment intéressante d’environ 66 à 67 millions d’années. C’est juste avant l’impact d’astéroïdes qui a exterminé les dinosaures. Nous avons une très bonne image des dinosaures d’Amérique du Nord pour cette période. Par exemple, le Triceratops Et le T. Rex font partie de cette faune, cette espèce des derniers dinosaures sur terre, mais nous n’avons pas une bonne vision de ce qui se passait dans le reste du monde et nous ne connaissons presque rien sur les dinosaures africains de cette période. Donc, en fait, c’est le premier dinosaure nommé de la fin du crétacé en Afrique. », soutient le Dr Nick Longrich, maître de conférence en biologie évolutive au Centre Milner pour l‘évolution de l’université de Bath.

Ce dynausaure a été surnommé par les chercheurs « Chenanisaurus barbaricus ». Et d’après les mines de phosphate du bassin d’Ouled Abdoun où il a été découvert, il serait, à bien des égards, plus primitif que son contemporain Nord-américain T-Rex. « Les crocs d’un dinosaure comme celui-ci et les os de la mâchoire montrent vraiment que c‘était un de ces Abelisaurus, un groupe très spécial de dinosaures. Ce sont des prédateurs à deux pattes semblables à des T-Rex, mais sont différents. Ils ont un museau beaucoup plus court et plus émoussé. Les bras sont en fait plus courts que ceux d’un T. Rex qui est très semblable a un oiseau. Le T. Rex n‘était pas particulièrement intelligent, mais cette chose avait un cerveau plus petit que celui d’un T. Rex. Donc, à bien des égards, c’est un dinosaure beaucoup plus primitif. », poursuit le Dr Nick Longrich.

Selon les chercheurs, ce nouveau dinosaure comble les lacunes de notre connaissance de la période et contribue à confirmer la théorie de l’extinction massive causée par une chute d’astéroïdes il y a 66 millions d’années.

Source:fr.africanews.com

A lire aussi :

Photo du profil de La Rédaction

À propos La Rédaction

Aucune information n'est fournie par l'auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *