A la Une, Afrique Centrale, Pays, RD Congo

Mobutu : la descente aux enfers

 

mobutu enferEn cette nuit du 16 au 17 mai 1997, vue de la rive droite du grand fleuve d’où je l’observe, fasciné, Kinshasa est un Moloch à l’agonie. Abandonnée par son géniteur, livrée aux règlements de comptes meurtriers entre spadassins clochardisés d’une armée en déroute, la métropole frelatée de tous les plaisirs, Kin la belle, Kin la jouisseuse, s’apprête à accueillir les kadogos de Kabila, ces martiens venus de l’est, comme une prostituée à bout de souffle s’offre à son dernier client.

À la lumière des salves de roquettes et des balles traçantes, on perçoit les silhouettes sombres des vedettes rapides et des pirogues motorisées qui font d’ultimes traversées entre le beach de Kinshasa et celui de Brazzaville, le ventre bourré de militaires en fuite flanqués de leurs familles, juchés sur des cantines de billets de zaïres tout juste bons à emballer le manioc au marché.

Jusqu’à la catastrophe finale, Mobutu se sera donc ingénié à déconstruire d’une main ce qu’il avait bâti de l’autre, menant à son terme une descente aux enfers unique dans l’histoire de l’Afrique contemporaine. À sa chute, après trente-deux ans de pouvoir, dont une moitié au faîte de sa gloire et une autre passée à glisser inexorablement jusqu’au fond du trou, il laisse un pays dans une situation pire que celle dont il avait pris prétexte pour s’emparer de la présidence en 1965.

Nostalgie de l’ère Mobutu

Aux yeux de l’Histoire, ce simple constat vaut jugement et condamnation. Pourtant, nombreux sont encore les Congolais à nourrir à l’égard du maréchal défunt des sentiments ambigus. De lui, ils ne retiennent, ne veulent retenir, que les années 1970-1980, qu’ils ont vécues ou qu’on leur a racontées. Lorsque l’argent du cuivre, dont la production rivalisait avec celle du Chili, coulait à flots et autorisait tous les éléphants blancs.

Années de fierté, d’estime de soi après une colonisation infantilisante, années d’espoir et de nationalisme, quand l’authenticité cimentait le sentiment patriotique. Années de corruption galopante certes, mais de corruption démocratisée jusqu’au dernier échelon de la société et qui permettait à chacun d’espérer gagner sa vie sans travailler. Années d’essor du lingala, langue reine, langue de voyous et de naissance de l’identité kinoise.

Capitale phare pour tous les politiciens qui s’y précipitaient comme des lucioles, Kinshasa était le vrai Versailles de Mobutu – Gbadolite n’étant qu’une pacotille dans la jungle –, dont la fonction consistait à accaparer les richesses des provinces sans rien leur rendre en retour. Qui tenait Kin tenait le pays tout entier.

La spirale du déclin

Mais le vers était dans le fruit, et sous le culte du Chef absolu au nom de la tradition perçait l’habit du roi Léopold. Mobutu pensait qu’au….LIRE LA SUITE

A lire aussi :

Photo du profil de La Rédaction

À propos La Rédaction

Aucune information n'est fournie par l'auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *