A la Une, Afrique de l’Ouest, Gambie, Pays

Gambie: les jeux d’argent font leur grand retour après deux ans d’interdiction

CREATOR: gd-jpeg v1.0 (using IJG JPEG v62), quality = 75

Le nouveau président Adama Barrow vient de lever l’interdiction des jeux d’argent. Depuis 2015, casinos, loteries et paris sportifs étaient interdits, sur ordre de l’ancien président Yahya Jammeh qui considérait ces activités comme favorisant la cupidité et l’avarice et qui disait s’inquiéter pour les plus jeunes, très attirés par ces jeux. La levée de cette interdiction permet aujourd’hui à des établissements d’ouvrir à nouveau leurs portes, et offre une nouvelle source de revenu à l’Etat, qui collecte 10% des gains.

Ce centre de paris sportifs n’a même pas attendu d’avoir fini les travaux pour rouvrir. Edward apprécie de pouvoir à nouveau parier sur le foot : « J’aime bien ça. J’ai beaucoup d’amis qui ont joué et gagné, et ont voyagé avec l’argent. J’essaye d’être chanceux comme eux. C’est juste pour s’amuser. »

« C’est une bonne initiative de la part du gouvernement, estime Khady Jammeh Aga, la responsable marketing du centre. Quand les paris étaient interdits, à la place, les gens allaient jouer au Sénégal. Combien d’argent est parti hors du pays ? »

L’entreprise emploie dans le pays près de 300 agents payés à la commission. Et du côté des casinos, même liberté retrouvée. Celui de Kololi, en pleine zone touristique, a rouvert il y a deux semaines.

L’un de ses propriétaires, Fabrizio Cianci, est soulagé. « On avait un investissement et on ne pouvait en retirer aucun retour. Je pense que la présence d’un casino pourrait augmenter les lieux de divertissements que les touristes peuvent trouver dans le pays. »

Selon Momodou Fanneh, à la tête du département de sciences économiques de l’université de Gambie, cette décision a du bon et du moins bon. « Ça va ramener de l’argent à la fois à l’Etat et aux entreprises, qui pourront créer des emplois. Mais quand on regarde l’impact social, c’est moins positif. Il y a beaucoup de jeunes qui parient ! Je pense que dans l’ensemble, si l’on regarde les coûts et les avantages, les avantages sont plus importants. Mais il faut que l’industrie soit régulée. »

Officiellement, les paris et jeux d’argent sont interdits aux mineurs, mais encore faut-il que la loi soit appliquée.

Source:rfi.fr

A lire aussi :

Photo du profil de La Rédaction

À propos La Rédaction

Aucune information n'est fournie par l'auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *