A la Une

Cameroun: l’agent de joueurs Sylvain Honnang lance la laverie mobile écologique Howash

 

NetoyageD’agent de joueur à inventeur. Sylvain Honnang, intermédiaire camerounais de 38 ans vient de mettre sur pied la Howash, un appareil de lavage de véhicules déplaçable. L’homme a enfanté ce bébé après 9 ans de travail. L’appareil est déjà en service au Cameroun. Et tout naturellement, il suscite la curiosité du fait de sa nouveauté. Découvrons ce que  son géniteur préfère appeler une « innovation ».     

Ce devrait être une bonne nouvelle pour les automobilistes et autres propriétaires de véhicules du Cameroun. La laverie mobile Howash (pour Honnang Wash) arrive pour les aider à entretenir sans difficultés leurs engins. Ils découvrent depuis quelques semaines déjà cet appareil révolutionnaire inventé (lui préfère parler d’innovation) par l’agent de joueurs Fifa d’origine camerounaise Sylvain Honnang. Le « promoteur » (comme il se présente aussi) de cette œuvre technologique n’a pas fait le bébé seul.

Il s’est fait aider de célébrités du football africain comme le Camerounais Raymond Kalla Nkongho. L’ingénieur congolais Yannick Mwamba n’est pas en reste lui qui a contribué à a matérialisation physique du rêve de Sylvain Honnang. Il a travaillé avec d’autres ingénieurs recrutés par celui qui fut le manager du défunt footballeur Albert Dominique Ebossé Bodjongo Dika. « J’ai travaillé dessus pendant 9 ans.  Je l’ai dessinée. Je me suis entouré d’ingénieurs pour la réalisation de cette machine », indique-t-il non sans insister  pour dire que sa marque est « une création 100% camerounaise ».

Raymond Kalla a suivi en amont toutes les phases du développement du projet. Sylvain Honnang assure que le double champion d’Afrique « a toujours cru en ce projet et son soutien au moral au départ s’est transformé en réelle source d’énergie car Je dois vous l’avouer il a mouillé le maillot et je ne compte pas les longues heures de réunion que nous avons passées ensemble pour finaliser certains partenariats en Europe et en Afrique ».

Le nettoyage avec Howash

1000 francs CFA pour faire laver sa voiture

Quant à Yannick Mwamba, Honnang fait savoir que cet ingénieur issu de prestigieuses écoles dont l’Esigelec de Rouen et  l’école Supelec/Centrale de Paris a été son conseiller en termes de management et de technologie. « Il a apporte son expérience dans la gestion des projets complexes pétroliers. Il a muri l’idée que je me suis faite au départ en rédigeant le cahier des charges et a contribué à trouver les zones de production à bas coût dans le monde. Il est le créateur  de l’application mobile Howash qui représente un vrai portefeuille électronique révolutionnaire pour les clients désirant de laver leurs voitures chez nous ». Yannick Mwamba s’implique aussi dans la phase d’exploitation. Il est actif dans le règlement des questions en rapport avec les ressources humaines, la formation, l’assistance technique, le service après-vente et  la gestion de la carrière des « howashmen ».

Sylvain Honnang a voulu le meilleur pour ses compatriotes. Des voitures propres et qui scintillent sur les routes du Cameroun. « Comme mon père me le disait, un homme doit être  prêt à tout faire. En tant que passionné d’automobile, j’ai décidé de m’investir dans le nettoyage, permettre aux Camerounais et aux Africains  d’avoir un véhicule clean. Surtout, d’avoir des véhicules qui brillent dans les rues », nous explique-t-il avant de poursuivre : «  je vis en Angleterre. Je peux vous dire que même là-bas nous prenons encore de l’eau dans les seaux dans les centres commerciaux pour laver les véhicules ».  Plusieurs points de lavage ont déjà été implantés la capitale économique du Cameroun, Douala, où l’engin a été présenté le 21 avril 2017. En tout 400 points devant générer autant d’emplois seront créés sur l’ensemble du territoire.

Howash se présente comme un moteur semblable à une pompe. Il pulvérise l’eau qui vient du réservoir de 80 litres et qui passe directement dans un tuyau de 9 litres. Au bout, se trouve ce que l’on appelle en anglais « strangle »  et qui peut s’apparenter à une valve. La différence entre les deux réside dans sa flexibilité. Lorsque la voiture n’est pas très sale, l’on peut réduire la pulvérisation de l’eau. Quand il y a une grande quantité de boue, la pression peut être augmentée. L’on part donc d’une pression zéro à 60 barres. Moins de 6 litres d’eau suffisent pour nettoyer un véhicule. 80 litres d’eau lavent jusqu’à 14 voitures.  Le propriétaire d’une voiture la fera laver  en déboursant une somme minimale de 1000 Francs CFA.

Un engin profondément écologique

Howash possède une batterie dont l’autonomie est de 12 volts. Elle se recharge avec un panneau solaire. A vide, cet appareil  pèse 45 kilogrammes.  Sa mobilité est assurée par trois roues.  Pour que le lavage commence, il faut y insérer une pièce  comme dans les machines à sous. Chaque lavage dure 25 minutes.  Pour que le lavage soit effectif et compté, Howash a un tuyau de 9 mètres qui permet de faire le tour en lavant son véhicule et en évitant de le déplacer.  Howash possède un moteur spécial adapté à une pompe qui permet de réduire la consommation d’eau. Il peut aller jusqu’à 60 barres et décaper même les boues les plus tenaces.

Howash possède un réservoir de 80 litres d’eau propre et un autre de 30 litres d’eau qui sert à recueillir l’eau sale, les petites saletés ou les déchets. Le shampooing est l’une des pièces importantes de son dispositif. Il donne de l’éclat au véhicule nettoyé. Il lustre, permet de conserver brillante la peinture, de la restaurer parfois. En nettoyant avec Howash, l’on ne risque pas de voir apparaître des rayures sur la voiture parce que l’on utilise les serviettes microfibres pour laver le véhicule.  Sylvain Honnang se vante d’avoir pallié aux coupures d’eau et de lumière qui handicapent les laveries classiques. Les capacités de Howash lui évitent de pareils désagrément. L’on peut aussi faire venir l’engin Howash là où l’on se trouve. Il suffira simplement de contacter l’équipe.

Honnang a surtout voulu un engin écologique, « bio ».   « Howash est la réponse humaine face à la destruction de la nature. Le caractère écologique est visible sur le logo Howash. Quand vous le regardez, vous vous rendez à l’évidence à travers sa forme et ses différentes couleurs. Il a une forme de feuille, une moitié est en couleur verte représentant l’écologie par excellence. Cette feuille est la carnauba reconnue pour sa biodégradabilité et la brillance qu’elle apporte une fois appliquée sur la carrosserie. L’ambition que nous avions avec nos partenaires était d’apporter la finesse et la beauté dans le lavage automobile. La cire de cette feuille est complètement biodégradable donc inoffensif pour l’environnement »

L’appareil de lavage de véhicules de Sylvain Honnang est monté au Cameroun. Les pièces détachées fabriquées en Argentine sont ensuite acheminées dans ce pays. Le promoteur confie qu’il aimerait les produire sur place.  Howash est composée à base de la cire que l’on retrouve notamment au Brésil, de plusieurs plantes ainsi que du spaghetti.

L’agent qui a eu dans son portefeuille les  joueurs Raymond Kalla, Cheikh Tioté, Bill Tchato et Pierre Wome Nlend ne veut pas exploiter sa trouvaille uniquement au Cameroun, il veut l’introduire ailleurs en Afrique est même en Europe.  « Howash fait des franchises. C’est la fierté de l’Afrique tout entière. Pour une fois on a un concept  qui est né au Cameroun, qui va grandir au Cameroun et qui va étendre ses bras partout en Afrique, qui va s’exporter en Europe », annonce-t-il. Mais n’allez pas croire qu’il va renoncer à sa carrière d’intermédiaire de joueurs entamée depuis 15 ans. Cet homme de 38 ans va la poursuivre car dit-il, « je vibre en exerçant cette profession ».

Netoyage 3

Pierre Arnaud Ntchapda

A lire aussi :

1 Commentaire

  1. arnold venceslas

    Super cool Sylvain Honnang
    merci de nous laisser un numéro ou vous joindre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *