A la Une, Afrique Australe, Afrique Centrale, Afrique de l’Est, Afrique de l’Ouest, Maghreb, Projets

NEPAD: la malnutrition et la faim sévissent toujours en Afrique

CREATOR: gd-jpeg v1.0 (using IJG JPEG v62), default quality

Malgré que plus de la moitié des terres arables disponibles dans le monde est présente en Afrique, elle est paradoxalement le continent le plus touché par le phénomène de la malnutrition ou encore du retard de croissance. C’est ce qui ressort de la première édition de la Carte de la nutrition en Afrique publié par l’agence du NEPAD.

Selon un communiqué de l’Agence, cette carte est un outil qui indique les points chauds du continent en ce qui concerne la faim, la malnutrition et la sécurité alimentaire. La carte montre également l’augmentation de la prévalence, moins couverte, de maladies de pays riches sur le continent comme l’obésité et le diabète.

« La Carte de la nutrition du NEPAD offre un aperçu du contexte de la nutrition en Afrique à la fin 2016. Trop de personnes souffrent encore de la faim en Afrique. La faim dérive de la pauvreté, mais cette carte présente aussi les fenêtres d’opportunité pour les dirigeants africains afin qu’ils prennent conscience de l’immense potentiel agricole du continent pour assurer la production de nourriture », a expliqué Kefilwe Moalosi, Nutrition Programme Officer pour l’Agence du NEPAD.

Le communiqué précise par ailleurs que l’Afrique importe encore 50 milliards de dollars de nourriture chaque année bien que l’agriculture et la chaine de valeur associée au secteur pourrait fournir à la fois des emplois à sa jeunesse et une sécurité alimentaire à ses citoyens.

Pour rappel, cette carte a été publié en marge du 13ème Comprehensive Africa Agriculture Development Programme Partnership Platform (CAADP PP) à Kampala en Ouganda. Il s’agit d’un accord adopté par les dirigeants du continent en tant que cadre visant à relever ces défis ainsi que d’autres, afin de mettre en place les réformes nécessaires et d’accélérer la révolution verte dont l’Afrique a besoin.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *