A la Une

Tiger Woods: les raisons d’une déchéance

Ryan Palmer hits his tee shot on the second hole during the second round of the Waste Management Phoenix Open at TPC Scottsdale on January 30, 2015 in Scottsdale, Arizona. *** Local Caption *** Ryan Palmer

Arrêté après avoir été retrouvé endormi au volant de sa voiture, le golfeur américain de 41 ans traverse une nouvelle période agitée, bien loin de sa gloire passée. Jusqu’où ira sa chute ?

Il y a d’abord cette photo d’identité prise par les policiers où on le découvre les yeux hagards. Puis ces images montrant en détail son interpellation, quelques minutes plus tôt, lundi 29 mai, pour conduite sous influence alors que la police l’avait retrouvé endormi au volant de sa voiture, moteur et phares allumés. Tiger Woods, 41 ans, enchaîne les désillusions.

Désormais 876e joueur mondial, l’ancien champion venait de subir une quatrième opération du dos. Il avouait ne plus s’être senti aussi bien depuis longtemps lorsque sa mésaventure au volant lui est arrivée. A la police, il a assuré avoir fait «une réaction inattendue à une prescription médicale». Puis il s’est excusé. Trop tard. «Il est impossible d’en parler autrement : l’histoire de Tiger Woods, déjà triste depuis un moment, est devenue encore plus triste», a constaté «Golf Digest», l’un des magazines de référence de ce sport.

Une image idéale, et puis…
En 2009, ses infidélités révélées puis son divorce suivi d’une cure de désintoxication avaient déjà sérieusement écorné l’image jusqu’alors parfaite du Tigre. «Il y a une forme de déchéance particulièrement frappante quand on connaît la force mentale de l’individu, club en main», constate Christophe Muniesa, le directeur technique national de la Fédération française de golf. Si la situation de Woods marque autant les esprits, c’est qu’elle touche un sportif hors-norme. «Il faut avant tout souligner le caractère hallucinant, extraordinaire, de la carrière de Woods jusqu’à ce jour, précise le DTN tricolore. Le fait d’avoir remporté quatorze épreuves du Grand Chelem entre 1997 et 2008 n’a pas d’équivalent.»
Woods a ainsi longtemps véhiculé une image idéale. «Il apparaissait comme le fils préféré de l’Amérique dans ses choix sportifs et personnels, rappelle Christophe Muniesa. Les partenaires ne s’y trompaient pas : c’était un produit marketing parfait.» Le parcours de l’Américain avait tout pour séduire : issu d’une minorité afro-asiatique avec une mère asiatique et un père noir vétéran du Viêt Nam. «C’est quasiment une légende qui s’est forgée autour de Tiger Woods, résume le DTN, qui ajoute : le château de cartes s’est écroulé petit à petit de manière extrêmement douloureuse. Parce que, lorsqu’on a été autant porté aux nues, qu’on apparaît comme le sportif ultime, le fait d’être confronté à des déboires personnels, familiaux, conjugaux, physiques est une épreuve terrible.»

Prochaine étape devant le tribunal de palm beach
En 2012, Hank Haney, ancien entraîneur du golfeur, avait déjà publié «The Big Miss», que l’on pourrait traduire par «le Gros Gâchis», au sujet de son élève. «C’est un peu le contre-exemple de Federer, avance Christophe Muniesa. Année après année, après avoir lui aussi traversé des difficultés parfois techniques, parfois physiques, Federer reste l’un des meilleurs joueurs du monde et une icône absolue du tennis. Woods, lui, donne l’impression de rater les marches les unes après les autres et de se casser la figure.»

Après avoir réussi à rebondir en 2009, Tiger Woods aura-t-il l’énergie et la volonté suffisantes pour un énième come-back ? «Sans faire de pronostic, c’est vrai que c’est très inquiétant, remarque encore le DTN français. Mais, comme l’a dit Jack Nicklaus, le monde du golf lui doit un total soutien et doit l’aider autant qu’il le peut.» Prochain rendez-vous pour l’ex-star : le 5 juillet, devant un tribunal de Palm Beach.

Source: Culture Ebene

 

A lire aussi :

Photo du profil de La Rédaction

À propos La Rédaction

Aucune information n'est fournie par l'auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *