Cinéma : « Ali, la chèvre et Ibrahim », un road trip philosophique en Égypte

la chèvre et ali

la chèvre et aliÀ lire et à relire (en se pinçant) le synopsis d’Ali, la chèvre et Ibrahim, on croit d’abord avoir affaire à un sombre nanar. Il y est question d’Ali (interprété par Ali Sobhy), jeune homme jovial et un peu simple d’un quartier populaire du Caire, amoureux d’une chèvre dénommée Nada qu’il considère comme sa fiancée.

Quant à Ibrahim (Ahmed Magdy), un voisin, il souffre d’acouphènes, et est convaincu que ses troubles sont dus à une malédiction. Suivant les conseils d’un guérisseur, ce trio improbable se lance dans un voyage à travers l’Égypte pour échapper aux souffrances et à la folie.

Au lieu du nanar attendu, c’est un conte philosophique remarquable qui attend le spectateur. Ce long-métrage, le premier du trentenaire cairote Sherif El Bendary, est d’abord une réflexion sur la violence de la société égyptienne post-révolution.

Une société en proie à l’oppression policière, au brigandage, au désespoir, qui condamne ses habitants à la démence. Avec beaucoup d’humour, et un travail remarquable sur la bande sonore, le réalisateur célèbre la famille….LIRE LA SUITE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *