A la Une

Guinée: Alpha Condé se fait humilier par les étudiants, et entre dans une colère noire (vidéo)

Alpha CondeLe président Guinéen qui rencontrait les étudiants le Jeudi 1er Juin lors du lancement du « Forum de l’étudiant Guinéen » s’en est pris à eux, en les traitant de mal éduqués et d’indignes.

Les étudiants se seraient montrés indisciplinés en scandant à tue-tête: « tablettes, tablettes » rappelant ainsi au chef de l’État ses promesses de campagne électorale.

Dans sa communication, Alpha Condé s’est tout d’abord excusé auprès des différents invités:

« Monsieur le président de l’Assemblée Nationale, Messieurs les membres du gouvernement, Messieurs les membres du corps diplomatique, chers amis venus du Maroc, Sénégal et Inde, Je vous prie de bien vouloir excuser le comportement indélicat de ces jeunes qui ne représentent pas la Guinée. J’ai été étudiant avant vous, nous avons rendu l’Afrique fière de nous. Vous êtes comme des cabris, vous êtes là « tablette tablette », comme des cabris, vous êtes indignes de celà donc pour l’instant  on suspend tout jusqu’à nouvelle ordre », a déclaré le président Guinéen avant de poursuivre « l’éducation en Guinée est malade, les étudiants qui sortent soit disant maitrisard, ne sont même pas capable de faire une phrase sans faire de fautes. Vous savez, j’ai été étudiant avant vous, syndicaliste avant vous. Vous pouvez impressionner vos professeurs et vos ministres mais moi vous ne m’impressionnez pas, vous pouvez sautez crier jusqu’à demain ça ne me fait ni chaud ni froid » a clamé Alpha Condé. Mais il ne s’arrête pas là. Il ira trancher réserve en déclarant:  « Ceux qui crient montrent qu’ils sont mal éduqués, mal élevés. On va vous obliger à vous redresser. Vous être indignes…Je veux que les étudiants donne une image de la Guinée, dont elle doit être fière».

Ce discours tenu par le Chef de l’Etat lors du forum de l’Etudiant fait jaser depuis. Pour l’opposition le Président Alpha Condé est allé trop loin jusqu’à « insulter tout le peuple de Guinée ».

Pour docteur Fodé Oussou Fofana, vice-président de la principale formation politique d’opposition, la Guinée prend un sérieux coup à travers ces propos tenus par le Pr Alpha Condé.

« Ce n’est pas bien pour l’image de la Guinée. Notre image prend un coup à tout point de vue. Les propos du Chef de l’Etat à endroit des étudiants ne sont pas justes. Il fallait plutôt expliquer aux étudiants pourquoi les tablettes ne sont pas là parce que c’est lui qui avait fait la promesse (…) Ce n’est pas la peine d’insulter les gens. Ce sont des pères de famille, c’est tout le peuple de Guinée qu’il a insulté hier », a soutenu l’opposant, suggérant aux autorités éducatives de donner comme thème de mémoire aux étudiants, les promesses de Monsieur Alpha Condé.

Le chef de file des Libéraux Démocrates déclare que l’événement survenu ce jeudi 1er juin 2017, au palais du peuple est l’une des conséquences du non-respect des promesses électorales. Aujourd’hui ce sont les étudiants qui réclament leurs tablettes, mais demain ça peut être les tailleurs, avertit le parlementaire.

« Il n’avait pas à insulter les étudiants qui n’ont fait que réclamer ce qu’on leur a promis. Un chef de l’Etat est le père de la nation, il ne doit pas insulter », dit-il, imputant cette faute au Gouvernement qui selon lui, n’a pas su anticiper sur ce qui est advenu.

« Ils ont créé toutes les conditions pour mobiliser les étudiants. Il y a eu des véhicules qui ont été affrétés pour aller chercher les étudiants. Mais il faut dire aussi que monsieur Alpha Condé n’a pas un gouvernement parce que sinon on aurait pu expliquer aux étudiants pourquoi les tablettes ne sont pas disponibles avant cette rencontre. En tant que Chef d’Etat, il faut qu’il accepte de déléguer ses pouvoirs à certaines personnes. Je suis convaincu que si c’est le Premier ministre qui était là, les étudiants auraient demandé au Chef du gouvernement de dire au Président de régler ce problème des tablettes. Mais à l’extérieur c’est lui qui voyage, la ministre des affaires étrangères est là, le Premier ministre n’existe que de nom », dénonce le vice-président de l’UFDG.

Source: Afrikmag 

A lire aussi :

Photo du profil de La Rédaction

À propos La Rédaction

Aucune information n'est fournie par l'auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *