A la Une

Remous au Gabon après un lapsus sur la mort du président Bongo (vidéo)

Ali-BongoDeux jours après le lapsus d’une présentatrice du journal, sur la mort du Président, à la télévision publique gabonaise, la polémique ne dégonfle pas.

S’il y a un lapsus que le Gabon n’est pas près d’oublier, c’est bien celui du jeudi soir. Une présentatrice de la télévision publique a été suspendue d’antenne après avoir annoncé par erreur la mort du Président Ali Bongo.

L’affaire a commencé dans l’édition du journal télévisé de 23h00 jeudi soir, jour du huitième anniversaire de la mort de l’ex-président Omar Bongo Ondimba, décédé à Barcelone le 8 juin 2009 après 42 ans au pouvoir. En effet, la journaliste a tout simplement confondu le père et le fils. « Le président de la République, Ali Bongo Ondimba, s’est éteint à Barcelone en Espagne » a t-elle déclarée.

La présentatrice Wivine Ovandong a été suspendue de présentation du journal télévisé « à titre conservatoire« , a indiqué le directeur général de Gabon Télévision, Mathieu Koumba, qui a cru bon de préciser : « Il faut la protéger aussi, car les réseaux sociaux s’en sont donnés à cœur joie. »

Dès le vendredi, le Directeur Général s’est présenté au journal de 13 h, évoquant une « sanction » après la « bourde » de sa journaliste : « Nous avons présenté nos excuses au président Ali Bongo Ondimba et à toute sa famille. Nous avons dit que nous examinerons en interne une sanction. » avant de poursuivre

« Nous avons relevé que c’était un lapsus. Cela peut arriver à tout le monde. Mais là, c’est quand même un peu trop grossier car c’est une confusion qui a été faite avec le chef de l’Etat », a-t-il ajouté.

La journaliste, Wivine Ovandong, présentait depuis quelques jours seulement les journaux télévisés après plusieurs années de reportage de terrain.

Image de prévisualisation YouTube

Source: Afrikmag 

A lire aussi :

Photo du profil de La Rédaction

À propos La Rédaction

Aucune information n'est fournie par l'auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *