A la Une

A la découverte de Deborah Lukumuena

deborah luk

Deborah Lukumuena est l’une des « Divines » dans le film de Houda Benyamina. Elle interprétait Maimouna, la meilleure amie fidèle et décomplexée de l’héroïne. Un premier rôle qui l’a propulsé, changé et fait grandir. Aujourd’hui à 22 ans, Deborah Lukumuena est passionnée par le cinéma et rêverait d’en faire toute sa vie.

En 2015, tu as passé le tout premier casting de ta vie pour le rôle de Maimouna dans Divines. Qu’est-ce qui t’as donné envie de te tourner vers le cinéma ?

Je suis passionnée d’histoire royale et c’est en regardant la série Les Tudors que tout a commencé. D’un coup je me suis prise à rêver en me disant pourquoi pas moi ? L’acteur principal, Jonathan Rhys-Meyer (JRM) a un charisme fou, incroyable. Il est tellement magnétique que je me demandais « mais combien ça lui coûte de fournir cette énergie ? Qu’est-ce que ça lui coûte intérieurement, comment fait-il pour avoir une espèce d’aura qui transperce même l’écran ? ». Et c’est comme ça que j’ ai été alpaguée. Il est entouré d’excellents acteurs, mais c’est vraiment lui qui a éveillé ma curiosité. Je me suis alors renseignée sur lui.

Même si j’étais extérieure au milieu du cinéma, j’étais déjà très pragmatique. Je savais que c’était un univers fermé où il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus. Alors pour commencer, je copiais toutes les citations de JRM et je rejouais toute seule dans ma chambre. J’éprouvais un plaisir, mais éphémère parce que j’avais envie d’être soumise au regard de l’autre pour savoir ce qui allait et ce qui n’allait pas. Je me suis mise à rechercher des cours de théâtre. J’avais trouvé un conservatoire pas loin de chez moi et en parallèle je cherchais de la figuration… Et c’est comme ça je suis tombée sur l’annonce pour Divines.Tu as été révélée au grand public de façon soudaine. Que faisais-tu avant ?

Le cinéma, c’est devenu un rêve assez tard. C’est devenu quelque chose d’important pour moi à 19 ans. Avant, j’étais en fac de lettres et je voulais être prof de littérature. Même si encore aujourd’hui les lettres ont de l’importance pour moi, j’étais arrivée à un point où je sentais que quelque chose d’autre m’attirait et que je pouvais peut-être dépenser l’énergie que j’avais en moi dans un autre domaine.

Aujourd’hui, j’ai changé de voie mais ce n’est pas un virage à 180 degrés. La littérature et le cinéma sont proches. Le fait d’aller voir ailleurs m’a permis de plus apprécier les lettres. Je bouquine beaucoup, ça m’aide à avoir un raisonnement dont j’ai besoin en tant qu’actrice.

Que s’est-il passé pour toi depuis Divines et Les César ?

J’ai passé les tours du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique ! J’ai toujours cette envie de devenir meilleure. Je suis tellement passionnée par….LIRE PLUS

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *