A la Une

Journée mondial de l’enfant africain: le MPL appelle à la protection des enfants

journee-enfant

Dans le cadre de la commémoration de l’édition 2017 de la Journée de l’Enfant africain, le Mouvement Panafricain des leaders (MPL), se joint à la communauté africaine pour réaffirmer son attachement aux principes régissant la protection des droits des enfants tel qu’il ressort des différents instruments juridiques régionales et internationales.

En effet Chaque année, les Etats membres de l’Union Africaine consacrent la journée du 16 juin à l’Enfant Africain en mémoire des insurrections de 1976 à Soweto, au cours desquelles une manifestation par des écoliers en Afrique du Sud, contre une scolarité inspirée par l’apartheid, a eu pour résultat le massacre public des jeunes manifestants non armés par des policiers.

Au-delà de la nostalgie et des émotions revisitées et remémorées, cette journée doit être saisie pour promouvoir le changement social afin de mettre fin à des pratiques qui, chaque année, mettent en danger la santé et la vie de centaines de milliers d’enfants Africains.

Le thème retenu cette année  « l’Agenda 2030 pour un Développement Durable en faveur des enfants en Afrique : accélérons la protection, l’autonomisation et l’égalité des chances des enfants d’Afrique ;  rappelle sans nul doute  le caractère impérieux de la question de la protection et de l’autonomisation des enfants et la nécessité de l’inscrire dans une vision décennale pour une prise en compte holistique et efficace.

En dépit des avancées notables en la matière, relatifs notamment à la mise en place d’un système dynamique de protection des droits de l’enfant ainsi que des progrès de part et d’autre sur le continent, le Mouvement panafricain des Leaders (MPL) demeure préoccupé au regard de  la situation des enfants dans certains régions d’Afrique où  les cas mariages précoces et maternités précoce, taux de mortalités et de malnutrition sévères, la déscolarisation au primaire et secondaire, les enfants déplacés ou tués à cause de conflits, les pratiques sociales et culturelles dangereuses, la séparation des parents et à l’adoption, l’exploitation sexuelle et à la vente, la traite et l’enlèvement des enfants, le non enregistrement des naissances sont malheureusement encore nombreuses.

Cette situation est d’autant plus alarmante que dans un récent rapport intitulé « enfance volé » de l’ONG Save Children, il ressort que les pays africains sont parmi les pays ou l’enfance est le plus menacée au monde.

Cette situation est aggravée par un ensemble de facteurs sur lesquels il devient urgent d’agir pour renverser ces tendances. Il s’agit entre de la disparité entre les économies et entre les  richesses, la pauvreté, la survivance des pratiques traditionnelles préjudiciables à la santé des enfants, les conflits armés et les instabilités politiques, etc.

Le Mouvement Panafricain des Leaders (MPL) appel les Etats parties à la Charte africaine à prendre des mesures idoines en vue du respect de leurs engagements en vertu des différents instruments universels et régionaux régulièrement ratifiés.

Le mouvement exhorte les Etat à adopter des plans programmes, stratégies et cadres de lutte contre la violation des droits des enfants sous toutes ses formes.

Le mouvement lance un appel à l’union Africaine : une meilleure prise en compte des besoins du renforcement des systèmes de protection de l’enfance dans la politique et la planification ainsi que dans les cadres stratégiques et structures dans le cadre de l’agenda 2030.

                                                                            Peter AFADODAN

Président du Bureau Directeur Afrique

A lire aussi :

Photo du profil de Roger ADZAFO

À propos Roger ADZAFO

Journaliste à Africa Top Success

1 Commentaire

  1. KEGAMORE Raïmatou

    Du courage…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *