Afrique de l’Ouest, Burkina Faso, Pays

Wallay: le voyage initiatique d’un jeune Français métis au Burkina

wallay

Wallay, ou l’histoire du passage de l’enfance à l’âge adulte d’un ado métis, sortira en salles le 28 juin prochain.

Ady – interprété par l’attachant Makan Nathan Diarra – a 13 ans. Il a perdu sa mère et vit seul avec son père dans une cité française. Insolent, il est envoyé au Burkina Faso – son pays d’origine qu’il ne connaît pas – pensant se voir offrir des vacances. Une fois sur place, l’ado est confié à son oncle, impressionnant patriarche, qui compte bien le remettre sur le droit chemin. Mais cet enfant métis, têtu et en quête d’identité, ne l’entend pas de cette oreille. Il fera malgré lui l’apprentissage de la vie.

Wallay, long-métrage signé Berni Goldblat, réalisateur de documentaires et spécialiste du Burkina Faso, s’inscrit dans la pure tradition du film initiatique. Le héros, plongé dans un village de Gao, un ailleurs élémentaire, un décor rural loin du confort de la société de consommation nourrie aux I-phones et aux baskets dernier cri, fera d’abord la découverte d’une nouvelle topographie. Avant d’appréhender un autre logos. Et de faire l’expérience de la sagesse, impulsée par les discours des différentes figures familiales auprès desquelles il évolue – sa grand-mère, son cousin – joué par le convaincant Ibrahim Koma également à l’affiche du thriller malien, Wùlu – , la voisine… -, mais aussi celle de l’ouverture à l’autre et de l’amour.

Sur fond de retour aux sources – l’approche ethnographique en moins -, Wallay montre le passage de l’enfance à l’âge d’homme avec tendresse, en teintant son récit d’universalité. Touchant.

Image de prévisualisation YouTube

Source:intothechic.com

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *