A la Une, Afrique Centrale, Congo, Pays

Congo-Kinshasa: la rumba affiche ses lettres de noblesse dans la capitale

CREATOR: gd-jpeg v1.0 (using IJG JPEG v62), quality = 75

Pour deux jours d’ambiance, du 30 juin au 1er juillet, à la Place du 30 juin (ex-Place de la Gare), l’événement qui s’est choisi comme hôte de marque Sam Mangwana va parcourir l’histoire de ce genre musical mué en art de vivre dont l’ancrage exceptionnel s’est étendu par-delà les deux Congo au travers de chefs-d’œuvre et de l’élégance vestimentaire tenue pour un de ses remarquables atours.

Le Festival international de la rumba et de l’élégance (Fire) va se décliner autour des tubes des premières heures de gloire de la rumba jusqu’à ceux des jeunes générations actuelles. Dès lors, quoi de plus normal que Simaro Lutumba en soit le parrain et Sam Mangwana l’hôte de marque ? Moments de juste commémoration et remémoration, les journées du 30 juin et du 1er juillet veulent s’inscrire dans les annales de cette musique qui, depuis un peu plus longtemps que l’indépendance, fait vibrer les cœurs et participe à l’ambiance générale de la ville, on le sait. Mais pas que d’ailleurs car la rumba, comme le pensent plusieurs mélomanes est un patrimoine national et ce n’est pas faux. Jusqu’ici l’on sait que Fire ce sera une soirée VIP à l’Hôtel Béatrice situé juste en face de la Place du 30 juin et une autre grand public. Outre Sam Mangwana, mis en évidence sur les panneaux publicitaires et autres flyers, et Simaro, d’autres artistes participeront. Ceux-ci seront connus dévoilés dans les heures qui viennent, au plus tard en début de semaine.
Dans les murs de la capitale depuis le mardi 13 juin, Sam Mangwana est venu de l’Angola dans l’idée de défendre un pan de la richesse de la rumba. En effet, cet ancien sociétaire de l’OK Jazz que d’aucuns ont d’ailleurs toujours considéré comme un fils du pays, un Congolais donc, passe pour l’un des grands interprètes de notre musique. Du reste, il a commencé par forger son talent auprès du regretté Tabu Ley Rochereau au sein d’African Fiesta, d’African Fiesta National et plus tard d’Afrisa International. L’hôte de marque mérite donc bien sa place au Fire.

Fire, synonyme de feu, si l’on veut, promet d’être un événement festif, plutôt flamboyant ! Car, à la rumba est toujours attachée une sorte d’ambiance électrique que les jeunes générations s’évertuent à perpétuer en collant à l’air du temps. Aussi, aux anciens ténors de notre musique, vont à coup être joints les stars actuelles. Ces jeunes qui rendent à leur manière la substance de cette musique qui, le plus souvent, a bercé leur enfance seront de la fête. Mieux, ils vont y mettre leur part de flamme.
Organisé par l’Agence Optimum, Fire entend s’inscrire dans les annales des rendez-vous culturels importants de Kinshasa et même du pays entier. Alliant à la musique la sape, l’événement a la nette ambition de présenter la rumba sur son meilleur jour. En effet, le défi serait de faire en sorte qu’elle préserve ses lettres de noblesse et s’affiche dans toute sa splendeur. Cet art de vivre qu’ont en partage les Congo n’en a sûrement pas fini de bercer ses fils et par-delà tout le continent. Il en est ainsi depuis des décennies, il n’y a donc pas de raison que cela change maintenant, Fire s’y attelle.

Source: allafrica.com

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *