Afrique Centrale, Pays, Rép. Centrafricaine

«Des diamants du sang » centrafricains en vente sur Facebook et les réseaux sociaux

CREATOR: gd-jpeg v1.0 (using IJG JPEG v62), quality = 75

Des diamants centrafricains en vente sur Facebook… C’est l’un des principaux enseignements d’un rapport publié cette semaine par l’ONG Global Witness et baptisé «Une Chasse aux pierres». Global Witness a pu s’entretenir avec sept négociants du Net, dont cinq Centrafricains, qui racontent leurs trafics et les circuits empruntés.
L’été 2016, l’embargo sur le commerce de diamant en RCA a été partiellement levé dans les zones de l’ouest du pays, en voie de stabilisaition, mais reste interdit dans le centre et l’est. L’idée est de relancer le commerce officiel de diamant, afin de ne pas priver totalement l’Etat centrafricain de ces ressources, tout en évitant que l’argent généré tombe aux mains des groupes armés.

Mais Aliaume Leroy, chargé de campagne en ressources de conflit à Global Witness, souligne les failles de ce dispositif d’autant que le processus de Kimberley, ce système d’information lancé pour stopper le marché des conflits de diamants, a lui aussi ses failles.

« Pendant la guerre les entreprises et les bureaux d’achat de diamants pouvaient acheter des diamants provenant des zones de conflit. Ils ne pouvaient pas les exporter, mais ils pouvaient les acheter. Et maintenant que l’embargo imposé par le processus de Kimberley a été levé, à nouveau ces maisons de négoce peuvent exporter des diamants qui viennent potentiellement de zones de conflits en Centrafrique ».

Or toutes les zones ne sont pas autorisées. « La majorité du pays n’a pas été déclarée conforme, poursuit Aliaume Leroy. Le centre n’est pas conforme et l’est, où notamment les forces rebelles de la ex-Séléka sont présentes, ne sont pas déclarées conformes.

Mais le problème est que le gouvernement centrafricain ne contrôle pas la majorité du pays, aussi « rien n’empêche des diamants provenant des zones de conflit de terminer dans l’ouest. Et il est là le risque. C’est que les diamants demain peuvent être achetés – vu que les frontières internes sont très poreuses et les frontières internationales aussi le sont – peuvent être achetés auprès des rebelles, transportés vers les zones conformes à l’ouest et ensuite vendus comme si elles étaient conformes ».
La façon dont Internet permet d’écouler en un temps record des diamants partout dans le monde et de contourner plus facilement les réglementations internationales, est aussi pointée par le rapport de Global Witness.

« Avant, pour créer une chaîne d’approvisionnement, c’est-à-dire relier les marchands en diamants centrafricains avec les marchés internationaux à travers des intermédiaires, ça prenait des années. Mais maintenant, avec les réseaux sociaux, c’est beaucoup plus rapide »

En quelques clics les négociants se connectent avec les intermédiaires. Le processus est « optimisé », « à une vitesse qu’on n’a jamais vue avant ».

« Concrètement, pour se connecter ils se taguent sur les photos et ensuite ils postent des commentaires – ça c’est un premier échange – et ensuite ils échangent leurs numéros sur les réseaux sociaux pour ensuite utiliser Whatsapp – des outils de messagerie privée – pour enfin conclure les affaires et débuter des échanges de diamants.

Tout d’abord c’est beaucoup plus rapide, mais aussi les instances internationales et les gouvernements qui doivent surveiller et contrôler ces trafics ne sont pas à jour. Ils n’utilisent pas les technologies modernes pour (les) combattre. Donc d’une certaine manière, on peut dire que les négociants en diamants et les trafiquants ont vraiment un temps d’avance sur les instances internationales et les gouvernements, qui doivent contrôler ce marché ».

Source: rfi.fr

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *