Maghreb, Maroc, Pays

Maroc: Gharnatie, un patrimoine artistique ancestrale indétrônable

gharnatie Célébré chaque année au mois de ramadan, le festival qui porte l’art gharnati est à son 25è édition. Exclusivement dédié à l’art gharnati, le festival là pour objectif de contribuer à la dynamique culturelle et touristique au travers de la musique gharnatie.

Une musique issue du patrimoine artistique ancestral sans âge qui malgré la concurrence sur le marché reste très appréciée. Les enfants et les jeunes ont pris la relève de leurs ancêtres ; ceci grâce à l’école artistique qui s’était donné pour mission de redonner à cet art sa place dans la cité du millénaire.

Selon le chercheur Badr Al Moqri, une prise de conscience de la spécificité de la musique gharnatie et une approche académique de ce patrimoine ancestral. Les liens culturels entre Oujda et des villes andalouses, à l’instar de Valence et Toledo remontent à l’époque des Almoravides qui a été marquée par la migration des juifs de Séville à l’est du Maroc en 1391 et l’entrée d’Abi Abdellah Mohammed, dernier sultan de Grenade avant sa chute, au port de Ghassassa (Nador actuellement), déclare le chercheur.

Pour M. Al Moqri, les meilleurs textes des poètes dédiés au gharnati à Oujda et certaines villes algériennes (Nadrouma, Tlemcen et Oran) ont été écrits dans la cité millénaire entre le 18ème et 19ème siècles. Un effort remarquable a été consenti par ailleurs sur le plan de la documentation dans la ville d’Oujda, notamment la contribution de Mohammed ben Ali El Oujdi, à laquelle fait référence Mohamed ben El Hussein Tetouani dans un ouvrage publié par l’Académie du Royaume. Il faut rappelé que la première association dédiée à la musique andalouse au Maroc a été fondée en 1921 par Mohammed ben Ismail à Oujda.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *