A la Une, Afrique de l’Ouest, Nigéria, Pays

Le Nigeria commence à exporter ses ignames

CREATOR: gd-jpeg v1.0 (using IJG JPEG v62), quality = 75

L’exportation des ignames du Nigéria vers l’Europe et les Etats Unis a été effectif ce jeudi. Essentiellement connu pour sa richesse en pétrole, le Niégria veut diversifié et donné plus de tonus à son économie. Une première cargaison d’ignames est partie jeudi du port de Lagos, la capitale économique du pays, en présence du ministre de l’Agriculture Audu Ogbeh.

“Le pétrole et le gaz ne peuvent pas employer des millions de personnes contrairement à l’agriculture. Nous devons donc travailler dur pour gagner des devises en passant du pétrole à l’agriculture”, a-t-il affirmé.

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture(FAO), le Nigéria produit 61% de la production mondiale d’igname. La population ne consomme qu’une partie de la production, cette initiative vient donc à point nommé pour encourager les agriculteurs à augmenter leur production, aidant ainsi l’économie du pays qui est en grande difficulté. L’exportation de l’igname principale aliment de base du pays n’est pas toutefois  apprécier par tous.

Pour Bolanle Akintomo, une femme au foyer résidant à Lagos,“la politique (d’exportation d’ignames) va aggraver nos souffrances”.“Une tubercule d’igname qui coûte habituellement entre 200 et 300 naira (56-83 centimes d’euro) est aujourd’hui vendue 1.000 naira (2,80 euros)”.

“Avec les exportations, les prix vont encore augmenter” s’inquiète-t-elle. Selon la Chambre du commerce, de l’industrie et de l’agriculture du pays (NACCIMA), des incitations économiques sont nécessaires pour augmenter la production d’ignames nécessaire à la consommation locale et étrangère.

“Il y a aura peut-être une augmentation des prix sur le court-terme mais les prix redescendront lorsque davantage de tubercules arriveront sur le marché”, a souligné un responsable de la Chambre.

Pour Denja Yaqub du Nigeria Labour Congress (NLC) – une importante organisation de travailleurs –le gouvernement doit réduire le prix de l’essence pour les agriculteurs, améliorer les routes et les lieux de stockage afin d‘éviter le gaspillage dans la chaine de production et ainsi baisser les prix des produits agricoles.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *