A la Une, Afrique de l’Ouest, Niger, Pays

Niger/technologie: un drone à tout faire

CREATOR: gd-jpeg v1.0 (using IJG JPEG v62), quality = 90

Le prototype d’un immense drone rouge et jaune de plus de 3 mètres de longueur trône dans le salon de la villa familiale, pas très loin du palais présidentiel. Cette maison que fit construire son illustre grand-père, Seyni Kountché, qui dirigea le pays de 1974 à 1987.

« Chez les Kountché, nous avons le sens de la discipline et du travail bien fait », s’enorgueillit aujourd’hui son petit-fils Aziz, 33 ans, PDG de Drone Africa Service (DAS). Créée en 2016, cette start-up ambitieuse et unique dans la sous-région affiche un chiffre d’affaires annuel avoisinant les 20 000 euros.

DAS propose des services de cartographie en milieu extrême, des relevés d’inspection, de la surveillance des aires protégées, de la communication. Prix moyen d’une prestation : 500 euros la journée, bien moins chère que n’importe quelle entreprise européenne.

Tout a commencé il y a dix-sept ans. Aziz Kountché, tout jeune pilote d’ULM, fabrique des modèles réduits d’avions dans sa chambre.

DAS propose des services de cartographie en milieu extrême, des relevés d’inspection, de la surveillance des aires protégées, de la communication
Plus tard, pour payer ses études en marketing, il donne des cours particuliers de modélisme. Un jour, on lui demande s’il peut créer un modèle réduit capable de réaliser des photos du ciel.

Patriotique

Aziz Kountché relève le défi et fabrique son premier drone en 2011, le T 900. « J’ai dessiné les plans moi-même, j’ai acheté le bois sur le marché de Katako. Curieusement, ce drone a tout de suite bien fonctionné, il n’a jamais subi de casse. »

Il installe une petite caméra-appareil photo de type NDVI à son bord, puis il achète l’électronique, qu’il fait venir de France. C’est le début d’une grande aventure. « Au début, mes amis n’y croyaient pas. Ils ont arrêté de se moquer de moi lorsqu’ils ont vu passer mon drone dans le journal de 20 heures. »

Tout ce qu’il gagne, Aziz le réinvestit dans de l’équipement, et les commandes s’accélèrent. En 2013, le jeune consultant indépendant fait des prises de vues des digues pour protéger les villages des inondations dans la région de Gaia, pour le compte de la Croix-Rouge luxembourgeoise.

Dans les prochains mois, DAS devrait même proposer ses premiers drones commerciaux, entre 20 000 et 40 000 euros pièce, caméra comprise
Puis la coopération allemande lui commande des études environnementales et agroécologiques.

Dans les prochains mois, DAS devrait même proposer ses premiers drones commerciaux, entre 20 000 et 40 000 euros pièce, caméra comprise. « J’ai la fibre patriotique, je veux créer des emplois en utilisant la main-d’œuvre locale. Nous avons déjà testé ce futur drone commercial dans des opérations de surveillance des forêts pour lutter contre le braconnage, et nous en…LIRE LA SUITE

A lire aussi :

Photo du profil de La Rédaction

À propos La Rédaction

Aucune information n'est fournie par l'auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *