A la Une, Politique

Rwanda/Présidentielles: l’aventure se termine pour Diane Rwigara

Diane Rwigara

Diane Rwigara, célèbre activiste rwandaise et seule femme candidate aux présidentielles a été disqualifiée des élections. Selon les autorités, cette dernière n’aurait pas présenté suffisamment de signatures de partisans. La commission électorale stipule que son dossier contenait des signatures appartenant à des personnes décédées.

Bien que le Rwanda ait la plus haute représentation féminine en politique au monde, Diane Rwigara n’est que la deuxième femme à se présenter aux élections présidentielles. La première a déclaré sa candidature en 2003, mais se ralliera par la suite à Paul Kagame.

Diane Rwigara : une candidature parsemée d’embûches

Depuis l’annonce de sa candidature, les scandales se multiplient. Ses photos intimes ont fait le tour sur Internet, presque aussitôt après qu’elle ait annoncé son intention de se présenter. Certaines sources prétendent que les renseignements de Paul Kagame seraient à l’origine de l’histoire.

Le dernier obstacle de Rwigara aura été le dossier de signatures partisanes. La commission électorale a déclaré que la candidate n’a soumis que 572 signatures valides, en dessous des 600 nécessaires. Cependant, elle dit avoir présenté 985 signatures et 120 supplémentaires après la disqualification préliminaire de certaines signatures.

Le père de Diane Rwigara est mort dans un accident de voiture en 2015, qui selon sa famille, serait lié à la politique. Elle s’est prononcée contre ce qu’elle décrit comme une répression du gouvernement.

Paul Kagame : L’incontournable candidat naturel

Selon la liste finale, le président Paul Kagame fera face a Frank Habineza le 4 août, nommé par le Parti d’opposition «Green Democratic Party» et Philippe Mpayimana.

Kagame est largement admiré pour avoir restauré la stabilité après le génocide du Rwanda en 1994, présidant une croissance économique rapide et un gouvernement relativement exempt de corruption.

Mais les militants disent que cela a coûté aux libertés civiles et médiatiques. Certains des opposants politiques de Kagame ont été tués après leur fuite à l’étranger, dans des cas qui ne sont pas résolus. Cependant, le gouvernement nie toute implication.

Après la première réjection du lot de signatures cette semaine, Michael Ryan, représentant de l’Union européenne au Rwanda, a tweeté une image de lui-même avec Rwigara, provoquant une réprimande publique de Kagame à la télévision nationale pour l’ingérence.

Ces élections sont très importantes pour l’opposition rwandaise surtout après les changements constitutionnels de 2015 permettant techniquement à Kagame de rester au pouvoir jusqu’en 2034.

Source: africapostnews.com

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *