A la Une, Afrique de l’Ouest, Burkina Faso, Pays

Burkina Faso: de l’oxygène à flot

oxygèen afrique
Dans le souci de redynamiser le secteur de la santé du Burkina Faso, le secrétaire général du ministère de la santé a inauguré hier l’unité de production d’oxygène médical du Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo (CHU-YO).

Le dispositif est constitué de deux compresseurs d’air ouverts sur l’extérieur pour récupérer l’air ambiant et l’acheminer vers un générateur afin d’extraire l’oxygène des autres composants de l’air.

L’oxygène extrait est dirigée dans la station de gonflage à haute puissance qui comprime les flux du « fluide rare » pour les distribuer dans des bouteilles de 7,5 mètres cubes.

Pour Joseph Sidibé, le directeur de TM diffusion, structure attributaire du marché de construction de l’unité, l’installation mise en place à une capacité productive de 35 bouteilles par jour avec une teneur d’oxygène de l’ordre de 95,2%. Un peu au-dessus de la norme internationale de 93%.

Estimé à plus de 200 000 000 de francs CFA, ce bijou va desservir le CHU-YO en matière d’oxygène, un rare trésor qui n’a qu’ seul fournisseur pour tous les hôpitaux. Un ouf de soulagement pour cet hôpital qui utilise presque 40 bouteille par jour.

« Avec cette installation, si nous arrivons à mieux nous organiser, à assurer la maintenance préventive, à suivre le rythme de production d’environ 40 bouteilles/jour, en principe on ne doit plus connaitre de difficultés », a déclaré Robert Sangaré. Que plus jamais un problème d’oxygène de soit la cause en perte de vie humaine dans cet hôpital.

D’autres hôpitaux seront dotés d’ici la fin de l’année 2017.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *