A la Une, Afrique Centrale, Afrique de l’Ouest, Guinée, Maghreb, Mauritanie, Pays, Tchad

CEDEAO: baisse de la natalité, une urgence

 

demographie
Dans le souci de contenir la poussée démographique dans la région subsahérienne, les parlementaires des pays membres de la CEDEAO, de la Mauritanie et du Tchad ont adopté samedi dernier, une politique de trois enfants par femme d’ici 2030. Pour eux, il urge de trouver des solutions idoines contre le boom démographique.
Selon le rapport des Nations Unies, la population de l’Afrique de l’ouest actuellement estimé a 320 millions d’habitants pourra atteindre un milliard d’habitants (majoritairement jeune) d’ici 2050.Réduire donc le nombre de naissance par femme serait une approche pour promouvoir un réel développement viable et durable. « Les parlementaires de la Cedeao, de la Mauritanie et du Tchad ont convenu que, d’ici 2030, les parlements devaient inciter les gouvernements à mettre en place des politiques tendant à faire en sorte que chaque femme (…) ait au plus trois enfants pour maîtriser le boom démographique », a déclaré Salifou Diallo, le président du Parlement burkinabè.
Le taux de croissance économique des pays est de l’ordre de 5 à 6 % avec un taux de fécondité située à 6 ou 7%. Un équilibre optimal est donc indispensable entre la régulation des naissances et l’amélioration de la qualité de vie de la population active. Pour Marcel De Souza, président de la commission de la Cedeao, il s’agira d‘« arrimer le taux de croissance démographique, trop fort, avec le taux de croissance économique trop modéré », « La jeunesse représente les deux tiers de la population. Cette jeunesse, lorsqu’elle ne trouve pas de solutions, devient une bombe : elle traverse le désert ou la Méditerranée, meurt par milliers pour l’immigration clandestine ».

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *