A la Une, Politique

Zimbabwe: Grace Mugabe suggère à son mari de désigner son successeur

ZIMBABWE-MUGABE-GRACE_0

Au Zimbabwe, alors que les élections présidentielles arrivent à grands pas, le président Robert Mugabe s’apprête à présenter une fois encore sa candidature. Mais sa femme Grace Mugabe, s’y oppose. Elle le conseille de choisir dès maintenant son successeur. Au sein de son parti Zanu-PF, règne une division sans précédent  sur l’identité du dauphin du président Mugabe.

« Bien qu’il soit toujours le candidat officiel pour les élections, il a un combat acharné dans son dos entre différentes factions du parti Zanu-PF. Une de ces factions est celle de sa femme. Mais le successeur potentiel le plus puissant est Emmerson Mnangagwa, un ancien du Zanu-PF impliqué dans beaucoup de sales histoires. Il est le principal architecte des fraudes électorales en 2013. Il est aussi responsable des massacres du Matabeleland dans les années 1980. Cet homme a un long passé de violence, mais il est aussi le plus stratégique. » a expliqué Peter Hermes, spécialiste du Zimbabwe et ancien conseiller de Morgan Tsvangirai, chef du parti de l’opposition.

D’après Peter Hermes, Robert Mugabe ne devrait pas désigner sa femme pour lui succéder. « Le soutien le plus important dont elle ait besoin est celui de l’armée, explique-t-il. En vérité, le pouvoir au Zimbabwe n’est pas entre les mains du président Mugabe, ni même entre celles du gouvernement, mais entre celles du Centre de commandement conjoint. Ils contrôlent le pays, l’agenda politique et ils préparent à nouveau d’importantes fraudes électorales. »

Au pouvoir depuis 1980, Robert Mugabe est le plus vieux président encore en exercice. Sous son régime autoritaire, la situation économique du Zimbabwe est en décadence.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *