A la Une, Côte d’Ivoire, Maroc, Sports

JF: Plusieurs blessés lors de la finale Côte d’Ivoire- Maroc, ce qui s’est vraiment passé

Togo's Emmanuel Adebayo, right,  is challenged by Ivory Coast's Wilfried Kano, left, during their African Cup of Nations Group C soccer match between Ivory Coast and Togo at the Stade de Oyem in  Gabon Monday Jan. 16, 2017. (AP Photo/Sunday Alamba)

La finale du tournoi de football des 8èmes Jeux de la Francophonie remportée (7-6) par le Maroc aux tirs au but face à la Côte d’Ivoire a été marquée par une bousculade qui a fait plusieurs victimes, le dimanche 30 juillet 2017, au Stade Houphouët Boigny.

Envahissement de la pelouse du Stade Houphouët Boigny par des spectateurs. Plusieurs blessés dont certains cas graves. La chaussure d’un footballeur ivoirien volée puis retrouvée plus tard. Du gaz lacrymogène dans l’enceinte du stade. Un spectacle désolant avant le vrai spectacle offert par les deux finalistes, le dimanche 30 juillet 2017.

En effet, la finale du tournoi de football des 8èmes Jeux de la Francophonie entre la Côte d’Ivoire et le Maroc qui a vu la victoire (7-6) des Lionceaux de l’Atlas aux tirs au but face aux Eléphanteaux a été émaillée d’incidents. Juste avant le coup d’envoi, il y a eu un envahissement de la pelouse du Stade Houphouët Boigny par des spectateurs suite à la propagation du gaz lacrymogène dans les tribunes.

En fait, l’entrée au stade étant gratuite, les Ivoiriens sont sortis massivement pour aller pousser leurs favoris à la victoire. Avant le coup d’envoi, le Stade Houphouët Boigny avait déjà fait son plein. Aux alentours du stade, le public faisait pratiquement le double des spectateurs présents dans les tribunes. Et tout ce monde voulait coûte que coûte accéder au stade.

Pour une question de sécurité, les forces de l’ordre font fermer les entrées. A l’entrée principale où nous étions postés avec certains confrères, une autorité marocaine à bord de son véhicule était noyée dans la foule. Peu de temps après, le président de la Fédération ivoirienne de football (Fif), Augustin Sidy Diallo, est arrivé accompagné d’Eric Tiacoh. Ils sont suivis par l’ancien président de l’Olympique de Marseille, Pape Diouf, à bord d’un véhicule. Tout le monde veut accéder au Stade Houphouët Boigny et l’ouverture du portail de l’entrée principale aurait été une brèche profitable à la marée humaine.

Pape Diouf a tenté de rebrousser chemin, mais le président de la Fif l’en a dissuadé. Finalement, il a rejoint Sidy Diallo toujours bloqué devant le portail. Devant l’impasse, les forces de l’ordre ont d’abord demandé aux nombreux supporters de reculer pour laisser passer les autorités, les journalistes et les détenteurs de badge des 8èmes Jeux de la Francophonie. Face au refus de la foule, les policiers ont employé la manière forte, d’abord avec des ceintures.

La foule a battu en retraite. Malheureusement, d’autres individus animés de mauvaises intentions ont commencé à lancer des pierres en direction des agents de sécurités et des autorités bloquées devant les entrées. Un homme a même grièvement été blessé par un projectile.

Face à cette menace, les forces de l’ordre ont chargé en ayant recours au gaz lacrymogène. Et ce gaz tiré hors du stade s’est propagé dans les tribunes du ‘’Félicia’’. Toute chose qui a créé un mouvement de panique. Des spectateurs sont alors descendus en masse sur la pelouse. Certains se sont blessés dans leur chute. D’autres sont tombés dans les paumes. En tout cas, les agents de santé présents n’ont pas chômé.

Pour ce qui est du spectacle à proprement dire, le Maroc a ouvert la marque par sa star Kiyine Sofian (1-0, 8è) avant que la Côte d’Ivoire n’égalise par Kassi Martial Thierry (1-1, 64è) suite à un travail d’orfèvre de Loba Aké Arnaud.

Lors de l’épreuve fatidique des tirs aux buts, les Marocains ont transformé tous les 7 tirs tandis que Martial Thierry Kassi a trouvé le décor, côté ivoirien. Les Lionceaux de l’Atlas se sont donc emparés du métal précieux, en laissant l’argent aux Eléphanteaux.

Source:  apr-news.fr

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *