A la Une

Afrique du Sud: vers la légalisation du cannabis ?

CannabisUtiliser à bon comme à mauvais escient, le cannabis est de plus en plus consommé en Afrique du Sud et cela très souvent en cachette. La discussion sur sa dépénalisation a été lancée en mars dernier à la suite de la déclaration d’une cour régionale qui a jugée sa criminalisation inconstitutionnelle. Le parlement a pour ainsi dire deux ans pour prendre sa décision.

En effet, en Afrique du Sud, les avis sont partagés sur l’utilité même de ce produit. Pour certains, le cannabis est un médicament, pour d’autre un produit qui permet d’oublier ses problèmes.

Mais, aux yeux de la loi, ce produit est une drogue. Ceux-là qui sont obligés de le prendre pour leur traitement le font en cachette ; c’est l’exemple de cette femme qui pour calmer les douleurs de son fils atteint du syndrome de Costello, une maladie rare qui provoque malformations physiques et déficit intellectuel, dépose quelques gouttes d’huile de cannabis sur sa brosse à dents.

Elle affirme « ça a changé notre vie. Grâce à l’huile de cannabis, j’ai un nouvel enfant, se réjouit la dame. À cause de son syndrome, il est particulièrement prédisposé aux cancers. Quand vous avez un enfant avec de tels problèmes de santé, il faut réagir… Aujourd’hui, je suis prête à prendre le risque, car la vie de mon fils dépend de cette huile ».

Pour ce producteur illégal d’huile de cannabis, ce n’est pas facile de mener librement son commerce pourtant, « Les gens sont désespérés. Alors ils m’appellent, ils me demandent de l’aide. Je ne peux pas leur dire non. Mais d’un autre côté, ça devient difficile d’aider de plus en plus de gens alors que c’est illégal », explique t-il.

Même les experts concordent sur une dépénalisation du produit, le seul point noir au tableau c’est le fait d’envisager sa légalisation. Les parlementaires ont encore deux ans pour se prononcer sur ce nouveau statut du cannabis.

A lire aussi :

Photo du profil de Alice BERGS

À propos Alice BERGS

Aucune information n'est fournie par l'auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *