Angola, bientôt le cœur des communications électroniques en Afrique

122 total views, 3 views today

cable sous

L’Angola, sera bientôt le nouveau hub africain en matière de communications électroniques. En effet, après l’achèvement des travaux d’études pour la mise en place du Système de câblodistribution de l’Atlantique Sud (SACS), les travaux d’installations ont été lancés le 08 août dernier à Sangano en Angola.

Evalué à 160 millions de dollars, ce grand chantier sera réalisé par Nec Corporation, une entreprise industrielle japonaise spécialisée dans les secteurs de l’informatique et de la télécommunication.

Un grand chantier certes, mais avec de grosses attentes et de grands défis. Une fois réalisé, le premier lien direct sous-marin intercontinental entre l’Amérique du Sud et l’Afrique améliorera la connectivité en Afrique notamment en Angola.

Cité par nos confrères de latribune.fr, Antonio Nunes, le PDG de l’Angola Cables cité déclare ceci: « les systèmes de câbles actuels, comme WACS, avec les systèmes de câbles SACS et Monet, complétés par des centres de données locaux, amélioreront la connectivité, mais bénéficieront économiquement à l’Angola et aux régions environnantes, car les entreprises technologiques nécessitant une connectivité élevée établissent et développent leurs opérations en Afrique »…

Et d’ajouter : « actuellement, il faut environ 300 millisecondes pour se connecter entre l’Angola et le Brésil. Avec SACS, la latence, le délai entre un paquet de données envoyé et reçu, devrait être réduite à environ 60 milliseconde….. L’installation du SACS représente la réalisation d’un rêve, un développement qui reflète notre capacité à trouver des solutions et à surmonter les défis, en gardant toujours en tête l’objectif final ».

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.